Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Burkini : la liberté en question ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 30 Août 2016 00:00
Polémique l www.libres.org

Dans un premier réflexe j’ai fui le débat sur le Burkini. Il me paraissait tantôt mesquin, trop politisé et trop électoral, tantôt tentaculaire, lié la liberté religieuse, à la nature de l’Islam, à la situation des musulmans de France.

 

 

 

 

.

 

 

L’arrêt du Conseil d’Etat m’a persuadé que l’affaire avait une dimension encore plus importante que ce qu’il m’avait semblé au premier abord, puisque le concept même de liberté était en jeu.

Je vous donne tout de suite mon point de vue : le port du burkini doit se juger non pas au nom de la liberté, mais au nom de la dignité. La différence est de taille, elle dessine la ligne de démarcation entre libéraux et étatistes, entre libéraux et conservateurs, entre libéraux et libertaires.

De nombreuses voix se sont élevées pour dire que le port du burkini menaçait l’ordre public. Il est vraisemblable que le burkini a été conçu par certains « islamistes radicaux » comme une arme de provocation et de déstabilisation de la société française, ou occidentale. S’il y a menace pour la sécurité intérieure, à la police et à la justice de régler l’affaire : nous voici dans les compétences régaliennes de la puissance publique, si mal assumées. Cette mission incombe donc à l’Etat ou aux maires, l’ambiguïté venant de ce que l’on n’a jamais défini avec précision si c’est à Paris ou à Villeneuve Loubet ou à Nice voire à Marseille que se trouvent les centres de décision et les moyens nécessaires.

On peut être aussi contre le burkini parce qu’il est contraire aux mœurs françaises, à notre « identité nationale » comme dit Sarkozy, c’est un refus d’assimilation. Ce point de vue conservateur pose un problème délicat : qui établit le contenu de cette moralité publique ? Qui fixe les interdits ? Est-ce la loi ? Le Conseil d’Etat a refusé de retenir la référence à la loi du 15 mars 2004 sur les signes extérieurs d’appartenance religieuse, qui ne s’applique qu’aux établissements d’enseignement. De nombreux parlementaires ont dit leur intention de déposer des projets de lois plus précis et plus extensifs dès la rentrée. Mais la loi est-elle de nature à fixer les mœurs, ou à s’adapter aux mœurs, comme beaucoup le prétendent ? Quid des lois Taubira par exemple ? Mitterrand avait fustigé « la force injuste de la loi » et Bastiat n’a cessé de dénoncer l’arbitraire du législateur. La légalité n’est pas la légitimité. Bien évidemment les libéraux ne rejettent pas les règles sociales, ni leur diversité, ni leur évolution. Mais ces règles doivent naître d’un ordre spontané, et non d’un ordre créé.

Le Conseil d’Etat a préféré déclarer les décrets municipaux attentatoires aux libertés individuelles. C’est le point de vue de nombreux hommes de gauche, mais aussi de droite. Mais, là encore, qui définit le contenu des libertés individuelles ? S’agit-il des déclarations des droits et des traités internationaux ? On s’inscrit alors dans la logique de la hiérarchie des normes, que les libéraux ont toujours rejetée. Ou alors on se range dans le camp des libertaires (certains diront libertariens, bien que le vocable soit ambigu), on admet que la liberté est sans limite et que nul ne peut en contrôler l’usage. Mais la liberté des autres n’est-elle pas une limite ?

C’est ici, je crois, que l’on vient au nœud du problème : la liberté, pour quoi faire ? J’appartiens à cette catégorie de libéraux qui estiment qu’elle n’est pas un objectif en soi, mais un simple chemin : un viatique de chaque être humain vers son épanouissement personnel, un état des relations sociales qui permet aux êtres humains d’affirmer et de faire respecter leur dignité personnelle (ce que l’on appelle au sens strict le « bien commun »).

La question du burkini revient alors à celle-ci : le burkini porte-t-il ou non atteinte à la dignité de celle qui le porte ? Suivant un point de vue souvent exprimé ces derniers jours, porter un vêtement de bain sur la plage relève davantage d’une mode (comme celle des seins nus), que d’une démonstration religieuse ou politique. Et ce serait céder au vertige des phobies nées des attentats que de dramatiser l’affaire. Mais il est tout aussi justifié de voir dans le burkini la traduction d’un statut mineur de la femme, une règle tribale inégalitaire, qui ne s’affiche pas seulement sur les plages de la Cote d’Azur, mais dans plusieurs régions du monde. Les hommes dignes et libres devraient se faire un devoir d’effacer ces traces d’indignité comme on a pu le faire naguère pour l’esclavage politique (pays soumis à la dictature, en particulier communiste), ou l’esclavage marchand (qui n’a pas disparu de la planète). Alors oui, je serais contre le port du burkini, non parce qu’il porte atteinte à l’ordre public, ou à l’identité française, ou à la laïcité républicaine, ou à la législation, mais parce qu’il attente à la dignité de la femme.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1333 du 12 septembre 2017


Editorial : Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Connaissance du libéralisme : Le renard libre dans le poulailler libre - La loi, la liberté et le droit - Droit,morale et religion

Avis à nos lecteurs : 8ème Week end de la Liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...