Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

Un nouveau monde de science et d’industrie

Saint Simon « le dernier des gentilshommes et le premier des socialistes » (se définissait-il modestement) partage l’idée d’Auguste Comte : avec le XIXème siècle le monde est entré dans une ère scientifique.

Lire la suite...
Chrétiens et Citoyens PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 11 Octobre 2016 00:00
L'école de la République l www.libres.org

 

 

 

Le principe de laïcité qui prévaut dans la plupart des démocraties occidentales signifie que le pouvoir politique ne peut être inféodé à un pouvoir religieux. Il concerne donc la société politique. C’est le principe que ne respecte pas l’islamisme, qui entend soumettre toutes choses, y compris l’exercice du pouvoir à la loi coranique, au demeurant sollicitée dans la pire des lectures.

 

 

Le principe de laïcité ne peut faire oublier le principe de subsidiarité, fondement des mêmes démocraties occidentales, qui signifie que le pouvoir politique a des limites et ne peut prescrire aux citoyens leurs choix de vie personnelle, y compris leur choix religieux. La liberté religieuse a d’ailleurs été à l’origine de toutes les luttes contre l’absolutisme, qu’il s’agisse de celles des premières communautés chrétiennes contre le pouvoir romain, ou des réformés contre la monarchie absolue.

Tout cela devrait être banalité, et je ne devrais pas rappeler ces évidences. Pourtant l’interprétation de la laïcité et de la liberté religieuse est devenue perverse dans beaucoup d’esprits, et en particulier chez ceux qui veulent éradiquer la morale chrétienne pour lui substituer les fameuses « valeurs de la République ».

Première perversité : y a-t-il opposition entre valeurs de la République et morale chrétienne ? Le message évangélique est un message de liberté, et non de soumission. Il considère tous les hommes comme égaux en dignité. Il appelle à aimer les autres comme soi-même. Dans la devise originelle liberté-égalité-fraternité rien ne saurait choquer un chrétien, qui préfèrerait peut-être la décliner en liberté-dignité-charité (caritas, amour). Hélas les parangons de la laïcité la déclinent de plus en plus en citoyenneté-égalitarisme-redistribution. Tout est devenu subitement citoyen, de l’écologie jusqu’à la banque : la cité est plus importante que la liberté, tout acte personnel doit se mesurer à l’aune du mythique intérêt général. L’égalité signifie le même revenu, le même patrimoine, quels que soient le mérite et le service rendu. La redistribution, rebaptisée solidarité, est un partage imposé au mépris de la responsabilité et de la propriété.

Comme cette déclinaison heurte la nature humaine et suscite une révolte spontanée et légitime, il reste à éduquer la jeunesse en conséquence : « l’école de la République » reçoit mission de « l’engendrement du citoyen » (Vincent Peillon), elle formera des illettrés ; hélas elle forme aussi des asociaux. L’école, cette nouvelle Eglise (Peillon). La famille n’est plus un obstacle à cette colonisation des esprits, car les « lois de la République » peuvent faire éclater les liens du mariage et de la filiation. Voilà bien la deuxième perversité, qui rend opérationnelle la précédente. « La loi pervertie ! La loi détournée de son but, mais appliquée à poursuivre un but directement contraire » : Bastiat rappelait que la loi ne saurait avoir d’autre objectif que « l’organisation collective du droit individuel de légitime défense ».

La loi Taubira présentée (à tort) comme celle du mariage des homosexuels est du type pervers décrit par Bastiat. Elle atteint les choix de vie privée faites par les chrétiens, mais aussi par les croyants et incroyants de toutes sortes, elle attribue à la loi le pouvoir de modifier les structurelles naturelles de la famille. Dans ces conditions, comment s’étonner que des millions de Français aient déjà manifesté leur opposition et que quelques centaines de milliers se préparent à récidiver dimanche prochain après-midi ?

Ministres et médias présenteront l’affaire comme une manifestation de « cathos », d’intégristes (comme dit le ministre de l’Education Nationale). Oui, c’est vrai : ils mettent la loi chrétienne et la loi naturelle avant la loi de la République. Ce sont des cégétistes de la religion. Mais à la différence de la CGT, dont les troupes clairsemées font vaciller la majorité parlementaire, ils ne défendent pas des privilèges et ne prônent pas la lutte des classes. Ils rappellent à juste titre les limites du pouvoir politique. Ils traduisent le sentiment de millions de Français qui n’en peuvent plus de l’Etat omniprésent, omnipuissant, mais aussi impotent et incompétent. Face à un « droit des citoyens » sans cesse plus étouffant, ils affirment la primauté et la pérennité du droit naturel. Ils ne veulent pas conquérir le pouvoir, mais le contenir. Ils ne prônent pas une théocratie (comme le font les islamistes) mais une démocratie. Une démocratie aujourd’hui confisquée par une classe politique qui veut imposer une religion d’Etat, appelée hypocritement laïcité.

Le proche avenir nous dira si les chrétiens et les autres auront su faire prévaloir leur démarche « citoyenne » en demandant et aux gouvernants en place, et à ceux qui suivront, de supprimer ce que la loi Taubira contient de menaces pour la famille et pour l’enfant.

 
More Articles :

» PMA : amorce de nouvelles réformes sociétales ?

24.000 à Paris, dit la police. 60.000 dit la CGT. Les deux ont raison : les 36.000 de différence représentent des manifestants qui s’étaient écartés du cortège pour aller boire un coup ou pour assurer la relève des grévistes assurant le...

» L’enfant sans père

L’enfant sans père, la famille monoparentale ou unisexuelle : Orwell est dépassé.Manœuvres, mensonges et reniements marquent le début effectif de l’ère Macron. Ce n’est pas pour surprendre ceux qui avaient su déchiffrer la « pensée...

» Quelle opposition ?

A la fin de cette semaine nous aurons un Président, ou une Présidente. Mais qu’importe ? De toute façon l’avenir de notre pays est mal engagé. Un quart seulement du corps électoral aura gagné ces élections, encore faut-il préciser que...

» 23 avril : fête de la Miséricorde

Dimanche dernier dans le monde entier deux milliards de chrétiens auront fêté Pâques. Leur foi leur aura permis de reprendre espoir : ils se savent désormais rachetés de leurs fautes et prêts pour porter un message d’amour fraternel.

» Les successions promises à un bel avenir

La conjoncture présente est à la fois immobilière et politique. Immobilière : nous avons analysé récemment les raisons du renouveau de l’attrait des Français pour la propriété immobilière (NL 1304) : prévenir une hausse des taux de...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...