Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
Quel contrat ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 18 Octobre 2016 00:00
Votez pour moi l www.libres.org

 

 

Les électeurs cherchent en vain depuis des années à passer un vrai contrat avec les candidats. Ceux-ci ont pour habitude de se défiler : ils demandent qu’on leur fasse confiance, ils veulent un chèque en blanc et se présentent au corps électoral sur leur bonne mine ou sur des questions mineures. L’essentiel est de paraître. Pour le reste, ils s’abritent derrière la complexité et l’incertitude des évènements et des contextes économiques, sociaux, politiques et diplomatiques. L’empirisme est leur meilleur alibi : nous ferons pour le mieux.

 

 

Certes le prix Nobel d’économie est allé à deux universitaires qui ont produit des travaux sur l’incomplétude des contrats : au moment où un accord est conclu, les parties ne peuvent connaître tout ce qu’il apportera de bienfaits et de nuisances. Ce n’est qu’au fur et à mesure que le contrat sera exécuté, qu’il apparaîtra comme une bonne ou mauvaise affaire ; mais il sera trop tard pour se libérer de ses obligations contractuelles. La conclusion de l’étude n’est pas qu’il faut se passer de contrat, mais qu’il faut diminuer les risques au moment de la conclusion.

Aurons-nous enfin un contrat, même incomplet et aléatoire ? La question se pose après la séance de présentation de jeudi dernier. Une séance bien organisée, d’une tenue acceptable, voire même inattendue - en dépit des attaques violentes ou subtiles contre l’ancien président.

Après cette séance, sait-on quel contrat nous propose chacun des candidats ?

Certes, nous avons des livres, des programmes. Peuvent-ils tenir lieu de contrat ? Ou serons-nous condamnés, une fois de plus, à choisir l’abstention ou le vote rejet ? Pour l’instant, je demeure sceptique. Certes, ici même et dans le cadre du collectif des libéraux, nous tenons la comptabilité des écrits et des discours pour évaluer le degré de libéralisme des candidats. Mais ce n’est pas suffisant, cela suffira à peine à désigner ceux qui sont plus proches ou plus éloignés des idées de la liberté ; encore peut-on déceler quelques grands écarts, avec des candidats prenant des postures libérales dans certains domaines (par exemple l’économie) et anti-libérales dans d’autres (par exemple la famille).

Nous devons donc demander aux candidats le contrat qu’ils nous proposent et leur faire également connaître les clauses indispensables pour leur donner notre accord. Un simple catalogue de mesures (les 1.000 prévues par Bruno Le Maire par exemple) ne tient pas lieu de contrat, ou s’assimile à ce que les juristes appellent un « contrat de guichet » : on prend tout ou rien – les contrats d’assurance ou de transport sont rédigés dans cet esprit. A l’inverse la référence insistante à deux ou trois mesures spectaculaires ne tient pas lieu de contrat (les deux referendums de Nicolas Sarkozy par exemple).

A mes yeux (et c’est ce qui est ressorti de mon débat avec Alain Mathieu mardi dernier), les chiffres sont des fumigènes. Diminuer les dépenses publiques de 100 ou 120 ou 60 milliards, est-ce significatif, même si on additionne des choux et des navets ? Réduire le nombre de fonctionnaires de 600 ou 400 ou 300 mille, est-ce clair si on ne dit lesquels ni comment ? Je suis comme vous peut-être frappé par le vague des projets, y compris de ceux des plus sérieux. Nous aimerions entendre la réponse à plusieurs questions :

1° La Poste, la SNCF, les HLM seront-elles on non privatisées ?

2° Le monopole de la Sécurité Sociale sera-t-il entamé ; l’assurance maladie et les retraites seront-elles choisies, au moins partiellement, par les assujettis ?

3° La liberté scolaire sera-telle enfin assurée par la libre création et la concurrence de nouveaux établissements offerts au choix des familles ?

Et il ne nous déplairait pas de voir les candidats s’engager clairement sur des choix de société : rôle subsidiaire de l’Etat, autonomie et concurrence des collectivités locales, respect de la vie et de la dignité des personnes, fédéralisme européen.

Enfin, quelques détails sur les futurs responsables des affaires publiques ne nous déplairaient pas : qui sera Premier Ministre ? Qui aura en charge les grands ministères ? Sera-t-il fait appel à des personnalités de la société civile pour gouverner ?

Alors, les grandes lignes d’un contrat présidentiel pourraient se dessiner et nous pourrions choisir en connaissance de clauses. Sans contrat, on sera condamné à éviter le pire. Avec un contrat, on portera notre voix au meilleur.

 
More Articles :

» Comment réformer les prisons

Recourir au privé, offrir de nouveaux services, éduquer au travail

» La rencontre de Contribuables Associés

Deux approches convergentes sur le jugement des programmes électoraux

» La liberté scolaire à nouveau en danger

Najat Vallaud Belkacem veut contrôler l’ouverture de classes hors contrat

» Croissance : reprise ou ravaudage ?

Reprise de la croissance : nos gouvernants en ont eu plein la bouche ces derniers jours, surtout avec l’annonce du « contrat du siècle ». « Notre action porte ses fruits, c’est une croissance qui est enclenchée.» (Michel Sapin...

» Le recul du gouvernement : est-ce si grave ?

Le débat n’est pas clos et l’avancée était minime

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...