Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Sed quis custodiet custodies ipsos ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 25 Octobre 2016 00:00
Le visage de la justice française l www.libres.org

 

« Mais qui gardera les gardiens eux-mêmes ? » La célèbre interrogation de Juvenal est d’actualité chaque fois que les gardiens se mettent à refuser de garder. Je l’avais évoquée en 1958 à la veille de la chute de la 4ème République, puis en 1968 quand chancelait la 5ème. Nous y sommes à nouveau. Le pouvoir n’est plus à prendre, mais à ramasser. Quand la police manifeste, dans la colère et l’indiscipline, c’est le signe qu’il y a vacance du pouvoir ; le monopole de la violence confié à l’Etat ne peut plus décemment s’exercer.

 

 

Je crois inutile de m’attarder sur les causes de la « grogne », ni sur la compassion électorale de la classe politique, ni sur les prétendues manipulations du Front National. En revanche, il est nécessaire de regarder vers l’avenir et de démontrer qu’il faudra impérativement rompre avec deux vices institutionnels qui sapent notre pays : le recrutement des magistrats et la politique carcérale.

La France est un des rares pays libres où les magistrats des juridictions civiles et pénales sont fonctionnaires à vie, fruits d’une pépinière dirigée par l’Etat : l’Ecole Nationale de la Magistrature (sise à Bordeaux). Les pays libres ont adopté des solutions tout à fait autres. Aux Etats-Unis les juges fédéraux (nommés par le Président après approbation par le Sénat) sont choisis parmi les juristes professionnels (très souvent des universitaires enseignant dans les facultés de droit) et dans chaque Etat les juges sont choisis et renouvelés tantôt par des commissions de professionnels tantôt par un vote populaire. En Angleterre, la JAC (Judicial Appointment Commission), émanation du Parlement, nomme des juges professionnels à condition qu’ils aient une expérience prouvée. Ce sont des avocats en général. Dans les juridictions autres que pénales, juger est une véritable profession libérale, les magistrats sont concurrents et leur clientèle dépend de la qualité de leurs jugements. En Allemagne, les nominations de magistrats professionnels (en dehors de la Cour Constitutionnelle) sont faites par les Länder mais à partir d’un examen national (deuxième diplôme d’Etat) pour lequel la sélection et la concurrence sont très sévères et ce sont des commissions qui font le choix, qui devra être confirmé après plusieurs années de formation dans les tribunaux.

On ajoutera deux particularités au système judiciaire français. D’une part, les administrations publiques bénéficient d’un ordre juridictionnel qui leur est propre (tribunaux administratifs et Conseil d’Etat), ce qui est contraire à l’état de droit. D’autre part, l’ENM est acquise aux idées les plus perverses : positivisme (le juge ne se prononce qu’en fonction de la législation en vigueur) et justice de classe (c’est la société qui crée les criminels, la délinquance économique des riches est plus grave que les atteintes à la vie et à la propriété commises par les pauvres). Contrairement à ce que dit François Hollande, les juges français ne sont pas lâches, ils sont esclaves de l’idéologie qu’on leur a distillée.

On dit qu’ils renoncent à prononcer des peines parce qu’il n’y a pas assez de place en prison. Ce n’est pas toujours le cas : certains juges sont persuadés que la prison n’est pas la meilleure façon de traiter les délinquants et ils entonnent un couplet sur l’insertion professionnelle (les exemples de reconversion dans la drogue et les casses sont en effet édifiants). Si le travail est rédempteur, pourquoi ne pas faire travailler les prisonniers derrière les barreaux pour qu’ils paient leur pension ? C’était l’habitude dans plusieurs des Etats américains (on allait même jusqu’à autoriser les prisonniers à travailler en ville dans la journée) mais elle a été abandonnée à la suite des pressions syndicales (concurrence déloyale sur le marché du travail).

Quant aux places dans les prisons, c’est une joyeuse plaisanterie, il suffit de faire appel à des entreprises privées pour construire et exploiter des prisons économiques, aménagées pour éliminer la promiscuité, la violence et l’indignité. Ces prisons privées sont plus nombreuses que les prisons publiques en Australie. Aux Etats-Unis de véritables chaînes de prisons-hôtels se développent. Non seulement la sécurité y est mieux assurée, mais le sort des prisonniers et leur réinsertion professionnelle sont au programme « Clé pour le succès ».

Résumons-nous : les délinquants arrêtés par la police doivent être transférés et jugés par des magistrats ayant une expérience et l’Ecole Nationale de la Magistrature doit être supprimée. Des juges de qualité n’hésiteront plus à infliger des peines de prison lourdes quand ils sauront que la prison est à la fois un lieu de punition et un lieu de rachat et de réinsertion. Quel candidat en parlera ? Il faudrait un vrai libéral !

 
More Articles :

» « Les lobbies sionistes » : une faute excusable ?

Jean Frédéric Poisson a présenté ses excuses au CRIF. Sont-elles acceptables ?

» Le social tue le social

La formule de Pierre Gattaz a fait mouche.D’une part, elle traduit sans doute le désir du MEDEF de sortir d’un sommeil politique prolongé. Les institutions patronales ne peuvent plus faire l’impasse sur le choix de société, et il est...

» Panama : un scandale bienvenu

Attaque en règle contre la mondialisation, contre les riches, contre la finance

» L’échec de Donald Trump

Et l’impact de la vague des tea-parties, qui jouera un rôle décisif désormais

» Après la bataille

La classe politique aura-t-elle compris la leçon ?

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...