Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Macron guérit des écrouelles PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 04 Avril 2017 00:00

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Au cours de l’émission d’Yves Calvi sur LCI  lundi 3 il a été rapporté qu’à l’occasion de la visite à la Faculté de Droit de Lille Emmanuel Macron a invité les étudiants à se rapprocher : « Venez me toucher ». Il renoue ainsi avec la grande tradition des rois de France, auxquels on prêtait le pouvoir de guérir les écrouelles en les touchant. Mieux encore : on a vu à Marseille des femmes se précipiter pour pouvoir toucher la reine Brigitte. La grâce divine a donc visité le couple présidentiel, et pas seulement l’Emmanuel (envoyé de Dieu).

 
More Articles :

» Les propriétaires couvrent le déficit budgétaire

Le gouvernement,  « conseillé » par l’Elysée, a cru réaliser une économie budgétaire massive en réduisant de 5 euros les APL. 

» Fin de la production française de pétrole

Une disposition d’importance historique et idéologique, due à l’initiative de notre écologiste en chef, Nicolas Huot, ministre d’Etat. 

» « 20 jours pour casser la baraque »

François Fillon a ainsi conclu son discours de Toulon vendredi dernier, et il a raison. 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1351 du 7 février 2018

Editorial : En marche sans bouger
Actualité
:
Trump va régler son compte au FBI - L’Etat ne peut empêcher la neige de tomber - Medef : le libéralisme va-t-il s’inviter dans les élections ? - La Corse ouvrira l’ère d’une République Fédérale
Connaissance du libéralisme :
Entre riches et pauvres l’écart se creuse



Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...