Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
L’illusionniste PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 21 Mars 2017 00:00
Les tours de carte de Macron l www.libres.org

Emmanuel Macron est un illusionniste dangereux. C’est ce qui ressort nettement de ses écrits et de sa prestation hier soir, c’est ce que nous devons démontrer à tous ceux qui sont tombés sous le charme ou qui ont l’intention de faire l’impasse sur le vote du 23 avril.

 

Les sept minutes de son intervention sur la France dans le monde lui ont valu la réplique de Marine Le Pen : « Je suis incapable de retenir une seule idée de ce que vous avez dit ». « De nouveaux visages, de nouveaux usages » nous propose l’illusionniste, mais pas de nouvelles idées puisque le projet de Macron est indéchiffrable. Il écrit dans le Figaro de vendredi un article pour expliquer ce qu’il a voulu dire : « Il n’y a pas de culture française » : oui, il y a une culture française. Après son inoubliable « crime contre l’humanité » : non je n’ai pas condamné les colons ni la présence française en Algérie.

Dans le débat, il s’est appliqué à être d’accord avec tout le monde, Fillon comme Mélanchon. Seule Marine Le Pen n’a pas eu droit à ce sage consensualisme. Il pique dans le discours des autres ce qui peut plaire à l’électorat. Il est libéral avec Fillon, solidaire avec Hamon, révolutionnaire avec Mélenchon. Certes il ne peut éviter quelques affrontements majeurs : sur le burkini avec Marine Le Pen, sur les lobbies avec Hamon, sur les 35 heures avec Fillon, mais il s’en sort par des volte faces ou des ambiguïtés. L’essentiel, c’est d’apparaître comme le conciliateur, le rassembleur (« de Robert Hue à Alain Madelin », disent les journalistes). « Je vous aime, je vous ai compris » : pour prouver qu’il est proche des Français et qu’il veut les réunir, il a les idées de tout le monde et de personne à la fois. Voilà pourquoi le « vieux clivage » entre droite et gauche ne lui convient pas – du moins en paroles. Il lui faut aller à la pêche de toutes les voix et, pour cela, se complaire dans l’incohérence, la magie du verbe, le mirage de la jeunesse sincère et généreuse. Mystique, christique.

Mais ce mystique n’est pas mystérieux, et ce christique est diabolique. Cet homme est dangereux, parce qu’il avance masqué. Derrière le paraître, il y a l’être. Et l’être Macron est finalement facile à déchiffrer pour peu qu’on se rende à certaines évidences. L’évidence de ses soutiens d’abord. Il accrédite la thèse du « vieux clivage » pour mieux masquer qu’il est le candidat de la gauche socialiste. Toutes les troupes hollandaises l’ont rejoint, à l’exception de Najat ou de Duflot ; d’ici quelques jours on verra le ministère vidé de son sang socialiste pour la transfusion macronique. Mieux encore : dimanche dernier Sigmar Gabriel, président du parti socialiste allemand (SPD) –avant de céder sa place à Martin Schultz, candidat à la chancellerie- n’hésitait pas à s’ingérer dans les présidentielles françaises en déclarant qu’une Europe dirigée par Martin Schultz et Emmanuel Macron serait « le plus beau rêve des Européens ». Pendant combien de temps Macron pourra-t-il mentir aussi effrontément en prétendant ne pas appartenir à la gauche ?

En dehors des soutiens de la classe politique, Macron devrait faire toute la lumière sur ses soutiens intellectuels et financiers. Le carré de ses premiers mentors a été constitué par Pierre Bergé, Alain Minc, Jacques Attali, Laurent Bigorgne (président de l’Institut Montaigne, où règne aussi Claude Bebear). C’est de la gauche pur jus. Son principal allié est Patrick Drahi, cet « homme d’affaires » à la tête du groupe Altice auquel Macron alors ministre a accordé l’achat de SFR, c'est-à-dire BFM TV, l’Express, Libération, Numéricable. Entre Macron et Drahi, le lien permanent est assuré par Bernard Mourad, ancien banquier de Drahi et organisateur du mouvement « En Marche ». Le milliardaire Bernard Arnault (LVMH) n’est pas indifférent à la candidature Macron puisque le secrétaire général de son groupe Michel Jamet a un œil sur Les Echos que le groupe LVMH a racheté. Michel Jamet a été directeur de cabinet du regretté Henri Emmanuelli. Répondre à l’arrogante question de Benoît Hamon sur ses liens avec les lobbies en clamant son indépendance de toute puissance d’argent aura été le mensonge majeur de Macron au cours de cette émission.

D’ailleurs tous les soutiens de Macron s’inscrivent dans un projet global que tous les électeurs devraient connaître : maintenir au pouvoir les sectes, les équipes, les élites, les princes qui nous gouvernent depuis des décennies. Enarques, hauts fonctionnaires, grands présidents de banques, de médias et d’entreprises : tous ont craint une véritable alternance qui remettrait la politique de la France entre les mains de dirigeants hostiles au système qui a conduit la France à la ruine, au chômage, à la pauvreté. Ce système est celui du capitalisme de connivence, alliance discrète mais efficace entre le monde des affaires et la classe politique. Jusqu’à quand l’illusionniste fera-t-il illusion ? Notre mission est de le démasquer, simplement en disant la vérité.

 
More Articles :

» En marche sans bouger

Je suppose que vous avez réagi à l’annonce, vendredi dernier, de l’arrêt de la Cour de Cassation précisant que le conducteur d’un véhicule à l’arrêt, moteur arrêté, pouvait être poursuivi et condamné pour tenir son téléphone...

» François Fillon : suicide ou assassinat ?

Sur BFM TV lundi soir la question était « Qui a tué François Fillon ? ». Il y a été fortement suggéré que si François Fillon a perdu les élections il n’a qu’à s’en prendre à lui-même. Mais à la vérité il n’a jamais été...

» 2018 : une obscure clarté

L’étoile des Rois Mages a fait toute la lumière sur l’histoire de l’humanité, elle a indiqué pour les siècles des siècles la voie de l’espoir, de la vérité et de la vie. Aurons-nous une Epiphanie au cours de cette année 2018 ?...

» La voix de son maître

Les seniors comme moi se souviennent d’une publicité qui a accompagné le lancement du « gramophone » dans les années 1930 mais qui a survécu jusqu’au début des années 1950. Pathé Marconi présentait ses disques (en bakélite) avec...

» Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Jupiter est par nature olympien. Il devait donc s’adresser aux humains du haut du Parthénon. L’héroïsme politique s’exprime plus facilement à Athènes, aujourd’hui ville de Tsipras, symbole de la démocratie européenne.  

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...