Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

La route de la servitude

En décembre 1943 Hayek écrit à Londres un ouvrage qui porte ce titre. En 1945, ce livre lui vaudra la célébrité :

Lire la suite...
La défaite de la CGT : enfin la paix sociale ? PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 04 Avril 2017 00:00

Battue dans les urnes, sa présence dans la rue et les médias n’est pas atteinte

 

Il y a quatre jours, la Direction Générale du Travail (DGT) a communiqué aux organisations syndicales le résultat des élections sociales du secteur privé qui s’étaient déroulées en décembre 2016 et janvier 2017. La CGT essuie un revers qualifié d’historique puisque, dit-on, elle aurait perdu la première place qu’elle occupait depuis 1895. Cette nouvelle n’a pas eu l’écho attendu, à cause de la campagne présidentielle sans doute, mais aussi grâce à la complicité des médias, qui n’ont pas voulu chagriner les vaillants syndiqués communistes. Mieux encore : on a repris volontiers les propos du bon Philippe Martinez, qui a fait l’amalgame entre tous les secteurs (public et privé) et souligné la performance réalisée dans les TPE, où la CGT est en tête. Et surtout la fréquence des drapeaux rouges frappés du sigle magique n’a pas diminué sur les écrans de télévision.

Pourtant la défaite est incontestable et aura de lourdes conséquences dans le domaine du droit social. En effet, pour la première fois va s’appliquer la loi Larcher votée en 2008 qui a bouleversé les règles concernant les négociations collectives qui remontaient à 1945. Etaient conviées automatiquement à la table des négociations les syndicats jouissant d’une représentation « nationale » (dont un critère était la participation à la Résistance, ce qui qualifiait automatiquement CGT, FO, CFDT, CFTC et CGC). La loi Larcher considère au contraire pour seuls représentatifs dans les négociations de branche les syndicats ayant obtenu 8 % des suffrages (ce qui exclut l’UNSA) et donne à un syndicat le pouvoir de signer seul un accord s’il recueille plus de 30 % des suffrages qui se sont portés sur des syndicats ayant recueilli plus de 8 % : la CFDT y parvient (30,32 %) mais la CGT échoue (28,57). D’autre part, la loi bouleverse la représentativité par branches d’activité : la CFDT elle-même n’a pas 8 % dans nombre de branches (restauration hôtellerie par exemple), de sorte que le « dialogue social » sera modifié.

Pour autant la CGT va-t-elle disparaître du paysage politico-syndical ? Elle ne va pas perdre du jour au lendemain les bastions qu’elle détient, savamment entretenus depuis 70 ans : les prud’hommes, les mutuelles. Les entreprises comme SNCF, Engie, Air France, etc. demeureront des citadelles de la grève et de la contestation. La capacité de blocage du pays n’est pas très atteinte.

Mais surtout la CGT va continuer à faire le spectacle à la télévision. Les cameramen et les journalistes des chaînes publiques, de BFMTV, se feront toujours un régal de transformer un défilé étique d’une centaine de cégétistes brandissant d’énormes banderoles et de beaux drapeaux rouges en une manifestation de masse de nature à faire la une de tous les journaux télévisés. On l’a vu la semaine dernière à propos de la manifestation des pseudo-retraités et des concerts de casserole à l’arrivée de François Fillon.

Il faut se rappeler que le printemps 2016 a été surtout marqué par la courageuse lutte dans la rue contre la loi EL Khomri, réforme pourtant infime du droit de travail, mais qui a bloqué l’économie pendant plusieurs semaines. Qu’est-ce que cela sera si, comme nous le souhaitons, François Fillon est élu et réforme tout de suite par ordonnance le code du travail, affirmant la prééminence des accords d’entreprises sur toutes autres négociations collectives !

La défaite de la CGT sera réellement significative du jour où le message de la lutte des classes, des méfaits du libre-échange, de l’immoralité du profit aura disparu dans notre pays. En dehors de la progression de la CFDT, dite réformiste, on est encore loin du compte, les syndicats français sont loin de ceux d’Allemagne ou des pays nordiques, où ils rendent de véritables services aux salariés, où ils sont financés par des adhérents nombreux – alors que le financement des syndicats français demeure encore un scandale que la droite elle-même n’a jamais osé attaquer, « dialogue social » exige.

 

 
More Articles :

» Quand une discrimination en chasse une autre

C’est aujourd’hui la journée mondiale de la femme. On dénombre actuellement 466 journées mondiales dont 119 ont été officiellement décrétées par l’ONU. En 2018, le calendrier a commencé le 1er janvier avec la journée mondiale de la...

» Cheminots et paysans : quelle réforme ?

On ne parle plus ces jours-ci que de la SNCF et du Salon de l’Agriculture. Il y a deux points communs à ces sujets : d’une part, cheminots et paysans sont en colère ; d’autre part, il est évident qu’il y a urgence et risque de...

» La manif était pour tous, mais tous n’étaient pas là

24.000 à Paris, dit la police. 60.000 dit la CGT. Les deux ont raison : les 36.000 de différence représentent des manifestants qui s’étaient écartés du cortège pour aller boire un coup ou pour assurer la relève des grévistes assurant le...

» Beaucoup d’emplois créés, mais toujours plus de chômeurs

Beaucoup plus d’emplois créés en 2016 : de quoi chanter victoire dans les sphères gouvernementales, et même patronales. Mais quels emplois ? Pour combien de temps et dans quels secteurs ? Ces interrogations éclairent en partie le...

» Notre Dame des Landes : des vertus d’un referendum

En dépit de leur échec, les écologistes continueront à occuper les lieux

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...