Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Le seul choix possible PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 11 Avril 2017 00:00
cloches électorales l www.libres.org

Pour beaucoup d’électeurs, voter Fillon n’est peut-être pas le choix rêvé, mais sachons les persuader que c’est le seul choix possible. Je résume ici, de façon lapidaire, voire brutale, les arguments qui peuvent les convaincre.

 

Vont-ils s’abstenir ?

Il y a les déçus de Fillon, ceux qui ont été désarçonnés par « les affaires », que le candidat aurait pu gérer différemment. Ils estiment qu’il n’y a donc aujourd’hui personne digne de leur bulletin. Il y a les déçus de la campagne, ceux qui sont choqués et lassés par la médiocrité des programmes, par la bassesse et l’insistance des médias. Il y a les déçus des politiciens, d’une classe usée, divisée, qui a échoué sans cesse depuis des décennies. Il y a les déçus de la démocratie, des campagnes et des votes qui ne changent rien, qui se révèlent incapables de vaincre la tyrannie du statu quo. Il y a les déçus du gaullisme, ceux qui gardent un amer souvenir des erreurs historiques de 1962, des choix diplomatiques à la recherche de la troisième voie. Il y a même les libéraux déçus, qui mesurent la distance de tous les programmes, y compris celui de François Fillon, avec ce qui aurait pu être proposé en matière de fiscalité, de retraites, de santé, de famille, de sécurité, etc. Voilà beaucoup de raisons respectables pour s’abstenir le 23 avril.

Mais le remède est pire que le mal. Seul compte le premier tour et ceux qui ne se seront pas manifestés et exprimés auront malgré eux fait un choix fatal : accepter de confier leur destin à quelqu’un qui accumule toutes les tares, qui les poussent aujourd’hui à s’abstenir. S’abstenir, ce n’est pas se défouler, ce n’est pas se révolter, c’est se soumettre.

Vont-ils voter Hamon, Dupont Aignan ou Poutou ? C’est une autre façon de gaspiller sa voix, c’est une abstention coûteuse en temps. Les déçus ne sont pas des idiots.

Vont-ils voter Mélenchon ? Le doute n’est pas permis : cet orateur brillant et cultivé appelle à la lutte des classes, à la lutte des races. La « France insoumise » ce sont les « indignados » d’Espagne, les Syriza de la Grèce, c’est Castro et Chavez. C’est le Grand Soir qui annonce un réveil dans la dictature et la ruine. Les déçus ne sont pas des révolutionnaires.

Vont-ils voter Le Pen ? Marine a elle aussi un goût certain pour le Grand Soir. Mais elle va loin dans la pêche aux voix, avec la retraite à 60 ans, la rupture avec l’euro et l’Europe, l’incantation contre le capitalisme et l’ultralibéralisme. Elle tient dans les bastions naguère communistes un discours facile qui incrimine les seuls immigrés : elle devrait cibler plutôt les cégétistes, les syndicats d’enseignants. Au demeurant, elle navigue au gré de sa campagne : voici un referendum pour la sortie de l’euro, voici Trump soudain décevant, Poutine soudain attrayant. Ayant longtemps assise sa popularité sur le rejet de la classe politique, elle en adopte maintenant toutes les tares. Les déçus ne sont pas des moutons.

Vont-ils voter Macron ? Il est le candidat des socialistes, le candidat des médias aux mains de personnages douteux comme Drahi, Bergé, Attali, le candidat de l’establishment au pouvoir depuis des lustres, le candidat né de l’alliance des dirigeants politiques et des milieux d’affaires (le « capitalisme de connivence » qui règne en France comme aux Etats-Unis ou en Chine). Il est le candidat des arrivistes : trois quarts de ses soutiens officiels sont de pure opportunité. Où sont les convictions de quelqu’un qui dit tout et son contraire, qui se veut « christique » mais qui est un fieffé menteur et dissimulateur ? Les déçus ne sont pas des naïfs.

Alors, comme on ne bâtit pas que sur des rejets, ni sur des critiques, rappelons autour de nous l’essentiel de ce que François Fillon propose, et peut réaliser parce qu’il est le seul à pouvoir compter sur une majorité parlementaire, seul contrepoids aux pressions de la rue et aux drapeaux rouges :

-         une réforme du droit du travail fatale aux centrales syndicales et patronales, favorable à l’harmonie dans l’entreprise, créatrice d’embauches et de compétitivité ;

-         un équilibre durable des finances publiques ;

-         une réduction du nombre de fonctionnaires, une remise en cause et en ordre des services publics ;

-         une autonomie et une concurrence des établissements scolaires, privés et publics, un rôle éducatif reconnu à la famille ;

-         une sécurité renforcée par l’exécution des peines, par la police municipale, par la mise en responsabilité des mineurs et des familles ;

-         un allègement et un contrôle des instances européennes, une alliance de défense ;

-         une diplomatie de lutte contre le totalitarisme islamique ;

-         une référence à l’histoire et à la culture de l’Occident chrétien.

Voilà pourquoi voter Fillon est le seul choix possible. Le rêve, ce sera pour plus tard.

 
More Articles :

» Faillite au PS, attente chez LR

Ressemblances et dissemblances

» Hausse de la CSG : inefficace et injuste

Elle n’est ni sociale ni efficace, elle pénalise les Français non salariés

» Quelle opposition ?

A la fin de cette semaine nous aurons un Président, ou une Présidente. Mais qu’importe ? De toute façon l’avenir de notre pays est mal engagé. Un quart seulement du corps électoral aura gagné ces élections, encore faut-il préciser que...

» Emmanuel Hollande

Emmanuel Hollande ou François Macron : cette moquerie (d’un goût approximatif) de François Fillon au cours de son interview sur les antennes de RTL jeudi dernier a tout de même une sérieuse valeur pédagogique : Macron ce n’est pas le...

» Les jolies colonies de vacances

On aura tout vu : Fillon maniant l’humour. 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1341 du 15 novembre 2017

Editorial : La voix de son maître
Actualité
:
Y = C+I+ [X-M]  - Refondation sur un socle boîteux  - Que se passe-t-il à Riyad ? - Merkel-Macron : front commun à la COP 23
Connaissance du libéralisme :
La transmission de la propriété
Lu pour Vous :
La tyrannie de la redistribution


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...