Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Les produits s’échangent contre les produits

Cette formule est aujourd’hui connue sous le nom de « loi de Say ».

Lire la suite...
23 avril : fête de la Miséricorde PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 18 Avril 2017 00:00

Dimanche dernier dans le monde entier deux milliards de chrétiens auront fêté Pâques. Leur foi leur aura permis de reprendre espoir : ils se savent désormais rachetés de leurs fautes et prêts pour porter un message d’amour fraternel.

 

Ils peuvent entrer dans une année nouvelle avec confiance. En avril 2.000 Saint Jean Paul II a institué le premier dimanche qui suit Pâques « Fête de la Miséricorde » : suivant le souhait exprimé par Jésus lui-même à Sainte Faustine, les Chrétiens sont invités à confirmer leur foi et leur espoir par un engagement personnel, celui de reconnaître et de renier leurs erreurs passées pour s’en remettre à la Divine Miséricorde. Il ne peut y avoir de paix et d’harmonie dans le monde sans un double mouvement : celui de la volonté de chaque être humain de rompre avec un passé de pêcheur, celui de la grâce divine qui donne force à cette détermination.

Dimanche prochain, dans notre petite communauté hexagonale, quarante millions de citoyens sont invités à faire un choix personnel. Je suis tenté aujourd’hui de faire un rapprochement avec le calendrier liturgique, même si la déchristianisation de la France est un fait avéré. Mais, conscients ou non de leurs erreurs, tous les Français sont invités à prendre un engagement personnel.

Chercher l’erreur, prendre un engagement : ceux qui professent la liberté, la responsabilité et la dignité de l’être humain ont quelques heures encore pour persuader un Français sur trois de faire le seul choix possible.

Quelques heures encore : nous vivons déjà à l’écoute des sondages, ils peuvent nous égarer et nous stimuler à la fois. Ils nous égarent quand ils relèguent au deuxième plan l’analyse des programmes et la qualité des candidats. Mais ils nous stimulent en annonçant un résultat serré, à quelques milliers de suffrages près. Rien n’est perdu, ni gagné.

Mettons à profit cette semaine pour persuader autour de nous les hésitants que leur choix sera exceptionnellement décisif. Comme l’ont relevé les observateurs, c’est la première fois, dans l’histoire de la Cinquième République, que nous vivons une telle conjoncture :

-  L’issue du scrutin est totalement imprévisible et peut conduire au pire ;

-  Le pire serait l’élimination de François Fillon dans le contexte actuel.

Le pire serait de laisser le sort de la France entre les mains de Jean Luc Mélenchon. Issue impensable il y a un mois, et maintenant plausible puisque les votes populistes extrêmes désertent Marine Le Pen pour rejoindre le hâbleur révolutionnaire admirateur de Chavez et Castro, et puisque les socialistes abandonnent Hamon pour « voter utile » et rejeter Macron.

Le pire, c’est tout autant d’ouvrir la voie royale à Macron, aujourd’hui pratiquement assuré de l’emporter s’il est présent au deuxième tour. Macron c’est la malhonnêteté intellectuelle, la tricherie qui cache une gauche détruite derrière le masque de l’amour fou, qui transforme une marionnette arriviste et corrompue en un homme nouveau, qui efface les cinq années de hollandisme pour accréditer des rêves mystérieux. Macron, c’est concrètement le pouvoir des Drahi, Bergé, Attali, des médias, des inspecteurs des finances, des affairistes amis des ministres.

Le pire, c’est d’ignorer les périls qui menacent actuellement et la France, l’Europe et la paix mondiale. La situation requiert un Président sérieux, qui se propose de redonner à l’Etat sa seule mission véritable : protéger la sécurité et la liberté. Dans le contexte actuel, qui a l’étoffe d’un Président, sinon François Fillon ? Certes, nous savons bien qu’il n’est pas le meilleur, et il doit lui aussi implorer la divine miséricorde, mais il nous protège de toutes les autres catastrophes. Je résume mon point de vue en une formule, pour une fois pertinente : c’est lui ou le chaos.

Nous ne convaincrons pas tous les inconscients, tous les suicidaires, tous les résignés, tous les révoltés de venir voter pour François Fillon, mais nous devons aller vers eux pour les éclairer et les motiver. C’est notre devoir de nous engager et pour le reste nous pouvons nous en remettre à la Miséricorde, porteuse d’espérance et de renouveau.

 
More Articles :

» Libres de fêter Noël

Nous sommes libres de notre Noël. La façon dont nous le vivons est un choix personnel, un choix familial et traditionnel.

» Personnalité, Liberté, Propriété

Voici une devise qui remplacerait avantageusement Liberté Egalité Fraternité. Dans la vie publique française on ne cesse de se référer aux « valeurs de la République » et c’est à qui se proclame le plus Républicain, au point qu’un...

» Quelle opposition ?

A la fin de cette semaine nous aurons un Président, ou une Présidente. Mais qu’importe ? De toute façon l’avenir de notre pays est mal engagé. Un quart seulement du corps électoral aura gagné ces élections, encore faut-il préciser que...

» La défaite de la CGT : enfin la paix sociale ?

Battue dans les urnes, sa présence dans la rue et les médias n’est pas atteinte

» Gardons la foi

J’ai volontairement place cette dernière Lettre de l’année sous le signe de la foi. D’abord parce que Noël est pour les Chrétiens la promesse de tous les renouveaux.

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1351 du 7 février 2018

Editorial : En marche sans bouger
Actualité
:
Trump va régler son compte au FBI - L’Etat ne peut empêcher la neige de tomber - Medef : le libéralisme va-t-il s’inviter dans les élections ? - La Corse ouvrira l’ère d’une République Fédérale
Connaissance du libéralisme :
Entre riches et pauvres l’écart se creuse



Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...