Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
A quoi servent les riches PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 04 Octobre 2017 00:00
Riches-Pauvres : le débat l www.libres.org

Ils servent à diminuer le nombre de pauvres. Voilà un théorème qui devrait mettre fin au grand débat de l’heure : le budget 2018 est-il un budget conçu pour les riches ? Ce débat est déplacé, au moment où les fléaux du chômage et du terrorisme gagnent en intensité. Mais en France on tient absolument à savoir la vérité : le gouvernement s’est-il ou non rangé dans le camp des riches ?

 

 

 

Si d’aventure les riches étaient encouragés par les nouveautés budgétaires, ce serait un bon point pour la croissance et pour le pouvoir d’achat des « plus fragiles ». Est-ce le cas ?  Si j’étais réellement riche, j’exigerais avant tout la fin de la progressivité de l’impôt sur le revenu, et ce n’est pas le cas, mais aussi la suppression de tout impôt sur l’épargne et le capital placé ou transmis, et ce n’est pas le cas non plus. Le gouvernement s’est bien gardé de toute réforme significative pour rester dans la ligne floue qu’il a choisie : ni à droite (on sait que tous les riches sont à droite) ni à gauche (on sait que la gauche a le monopole du cœur et œuvre pour la justice sociale).

En fait les hommes et les partis politiques ignorent une réalité incontournable : les riches sont les meilleurs ferments de progrès social, si on entend par là le reflux de la misère et la promotion du plus grand nombre. Dans leur ouvrage publié en 2012 (chez Lattès) Jean Philippe Delsol et Nicolas Lecaussin, respectivement président et directeur de l’IREF, ont démontré que les riches, en France comme aux Etats Unis : sont en majorité issus de  familles peu fortunées, sont en majorité des entrepreneurs, sont en majorité des philanthropes. Mais ces réalités ne plaisent pas à des gens aveuglés par la jalousie, qui pensent que le succès des riches a été fait à leur détriment, et que le jeu économique est à somme nulle.

En France l’égalité prime sur la performance. La mesure des inégalités est un sport national, avec un champion incontesté, économiste de feu le Parti Socialiste : Thomas Piketty. Tous les trucages statistiques sont bons pour faire apparaître que l’écart se creuse entre riches et pauvres (jusqu’à oublier de comptabiliser les revenus sociaux et les divers avantages destinés aux « pauvres »). Cet acharnement est doublement stupide, et empêche de repérer le véritable écart entre individus.

Acharnement stupide parce que, quel que soit le système où le pays considéré, il y aura toujours des riches et des pauvres. La mesure des inégalités est statique, il faut lui préférer la mesure de la promotion : combien de pauvres ont-ils la possibilité de devenir riches ? Que deviennent les enfants d’ouvriers ? Les pauvres peuvent-ils devenir riches ? Ouvriers encore, ou cadres, ou entrepreneurs ? C’est « l’ascenseur social » qui est le plus important. Y a-t-il prolétarisation des classes moyennes, des artisans, paysans, petits entrepreneurs, petits commerçants, comme Marx le prédisait ?

Acharnement encore stupide car ce sont les riches qui permettent l’évolution économique. Non seulement par leur épargne et leurs investissements, créateurs d’emplois et de revenus nouveaux, mais aussi par leurs dépenses. Hayek faisait remarquer que la plupart des nouveautés introduites depuis un siècle ont été dues à des « caprices de riches » : les premiers à acheter des autos, à prendre l’avion, à passer l’été à la mer ou à la montagne, Ce n’est pas parce qu’ils avaient les moyens de payer ces biens ou services, mais parce que les risques de l’innovation étaient minimes voire nuls pour des gens qui ont amassé la richesse. Quand on est prisonnier du quotidien, quand on ne peut capitaliser, les projets d’avenir sont impossibles ou limités.

En fait, s’en tenir aux écarts de revenus ou de patrimoines empêche de voir l’origine de la richesse. Bastiat : « Je ne vois pas que le monde ait tort d’honorer le riche ; son tort est d’honorer indistinctement le riche honnête homme et le riche fripon ». Voici le véritable écart : entre l’honnête et le fripon. Comment devenir riche ? Ce qui scandalise l’honnête homme c’est de se voir spolié pour enrichir des fripons. Ce qui révolte le pauvre c’est de voir les fripons s’enrichir. Ces sentiments d’injustice habitent par priorité les pays d’Etat Providence. D’une part rémunérer des millions de personnes assistées qui n’apportent rien à la communauté (sinon des voix) est une offense pour ceux qui ont apporté beaucoup grâce à leur travail, leur épargne, leur entreprise et dont on ne cessera d’exiger la « solidarité ». D’autre part  constater que l’alliance entre le business et le monde politique (base du « capitalisme de connivence ») permet de réaliser des richesses par le jeu des corruptions, des protections, des monopoles ne peut que révolter les honnêtes hommes. Pour en revenir au budget, il est possible que ses dispositions avantagent bien des fripons, et révoltent beaucoup de riches honnêtes.

 
More Articles :

» Personnalité, Liberté, Propriété

Voici une devise qui remplacerait avantageusement Liberté Egalité Fraternité. Dans la vie publique française on ne cesse de se référer aux « valeurs de la République » et c’est à qui se proclame le plus Républicain, au point qu’un...

» Les cinq sous de l’APL

L’APL est un feuilleton dont chaque épisode maintenant quotidien nous régale. Mais évidemment cette grande réforme n’affecte ni les causes du déséquilibre budgétaire ni les facteurs de la crise du logement et des loyers …

» Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Jupiter est par nature olympien. Il devait donc s’adresser aux humains du haut du Parthénon. L’héroïsme politique s’exprime plus facilement à Athènes, aujourd’hui ville de Tsipras, symbole de la démocratie européenne.  

» Le héro auto-proclamé

« Nous devons renouer avec l’héroïsme politique » : la couverture du Point, déjà riche du portrait de notre Président, s’enlumine de cette phrase extraite de l’interview-fleuve donnée au bon peuple par Emmanuel Macron en cadeau de...

» Angela Merkel lance sa campagne

Rien de révolutionnaire : elle garde un cap qui vaut le succès à son pays

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1343 du 29 novembre 2017

Editorial : Le doux commerce
Actualité
:
Le libéralisme est libéral - La grande cause du quinquennat - Agir : Les constructifs se détruisent
- La leçon africaine d’Emmanuel Macrons
Connaissance du libéralisme :
Liberté et Propriété, la synthèse 
Lu pour Vous :
Assemblée Générale 2017 de l’ALEPS - Hervé Novelli lauréat du Prix Renaissance de l’économie


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...