Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

La route de la servitude

En décembre 1943 Hayek écrit à Londres un ouvrage qui porte ce titre. En 1945, ce livre lui vaudra la célébrité :

Lire la suite...
Refroidis ou réchauffés ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 21 Mars 2018 00:00

Etes-vous refroidis, voire gelés, par ce printemps de neige ? Ou êtes-vous réchauffistes, persuadés que cette offensive du froid n’est qu’une conséquence du réchauffement de la planète ? Donald Trump a ironisé sur le printemps du GIEC et de la COP 21. C’est dommage, car les gens le haïssent tellement qu’ils vont croire le contraire de ce qu’il dit. Mais qu’en pensent les scientifiques ? Contrairement à ce que nous racontent médias et politiciens, ils sont plutôt « climato-sceptiques » que « réchauffistes ».

 

 

 

Un tout récent article* d’Alain Mathieu, homme sérieux puisque polytechnicien et ancien chef d’une grande entreprise, fait le point sur les erreurs des réchauffistes. Qu’il y ait depuis quelques années un réchauffement ponctuel (et même localisé) de la température enregistrée sur terre ne signifie ni que notre planète soit en danger, ni que le réchauffement soit d’origine essentiellement humaine (« anthropogénique »). La vision apocalyptique des « réchauffistes » rend sceptique les deux tiers de la vraie communauté scientifique mondiale, qui rejette carrément certaines assertions du GIEC, et s’interroge sur certaines autres.

Les points rejetés sont énumérés par Alain Mathieu, je les résume rapidement :

1° La planète a déjà connu des siècles de réchauffement et de glaciation, bien antérieurs à la révolution industrielle, et même à l’apparition de l’homme sur terre.

Il n’existe pas pour l’instant « un programme de recherche soutenu » sur l’origine de ces fluctuations (peut-être l’activité solaire), dit l’Académie des Sciences.

3° Le CO2 n’est pas en cause, et ce gaz n’est pas polluant, il est au contraire indispensable à la vie sur notre planète.

4° La fréquence des cyclones n’a pas augmenté depuis le réchauffement récent.

5°Les mers absorbent une grande partie du CO2 émis sur terre, ce phénomène naturel n’a rien d’inquiétant.

6°L’effet de serre est douteux, le rayonnement thermique du globe vers le cosmos n’a pas varié.

En voilà assez pour cesser d’apeurer les populations et pour dénoncer l’exploitation de la peur par les autorités publiques, Etats et organisations internationales, qui prétendent agir pour lutter contre le réchauffement en modifiant le système de production considéré comme suicidaire, et en gérant la « transition énergétique » afin de limiter les émissions de CO2.

Ce programme réchauffiste est devenu prioritaire et justifie une nouvelle vague de dépenses publiques et surtout de réglementation. Prioritaire pour le Président Macron, qui en fait l’un des deux objectifs majeurs de son quinquennat, et qui se voit en leader mondial de la croisade pour la sauvegarde de la planète. Il a déclaré au récent « One Planet Summit » de Versailles : « On sait ! ». Macron sauveur de la planète Pour lui, pas de doute, et la France doit être exemplaire. C’est pourtant en France que les émissions de CO2 sont les plus faibles, que les exportations d’électricité sont les plus dynamiques, que les subventions à l’EDF atteignent des sommets, et que l’on engage des milliards pour les éoliennes et les panneaux solaires.

Alors, pourquoi le réchauffisme ? Parce que son origine et ses objectifs sont purement politiques. L’origine c’est le concept de « développement durable » lancé à la conférence de Rio en 1991 après l’explosion du bloc communiste : il fallait trouver une nouvelle arme contre le capitalisme, et accuser la mondialisation de saccager la planète en exploitant les pays pauvres. La thèse s’est répandue avec le soutien de toutes les belles âmes meurtries par la victoire de Reagan et Jean Paul II, et le relais institutionnel des organisations internationales, notamment l’ONU et ses filiales UNESCO et CNUCED. C’est le GIEC, pure émanation de l’ONU qui a alimenté l’écologie anti-libérale, anti-capitaliste et anti-américaine. Couronné par un prix Nobel de la Paix, le GIEC a convaincu les plus hautes autorités politiques et morales du monde (jusqu’au Pape François). Le réchauffisme un combat politique Comment ne pas protéger la nature, les petits oiseaux et les fleurs contre le sale argent, l’injustice commerciale et la pollution industrielle ?

Dans l’ouvrage de Vaclav Klaus, que j’ai préfacé**, les liens entre le réchauffisme et les adversaires de la civilisation occidentale sont clairement démontrés.

Il est temps de dire la vérité, et de dénoncer les mensonges dont le plus beau condensé est « Une vérité qui dérange » d’Al Gore. L’écologie est le masque des adversaires de la liberté. Elle fait de l’être humain un destructeur, un prédateur, un exploiteur et de l’Etat le gardien de la nature. Puisque la nature est globale, pourquoi pas une organisation mondiale pour sauver la planète ? Par contraste les libéraux pensent que l’Etat ne fait pas la pluie et le beau temps

 

* Le réchauffement est-il dû au CO 2 ? Lettre des Entrepreneurs pour la France, 18 mars

**Vaclav Klaus Planète Bleue en péril vert , IREF 2007

 
More Articles :

» COP 21 : Résistances à Trump

Pourquoi cette unanimité ? Est-elle toujours légitimée ?

» Peste verte, peste rouge

L’heure est à l’international : festival de Cannes, Roland Garros, mais aussi OTAN à Bruxelles jeudi dernier, G7 à Taormina samedi, hier Poutine à Versailles, mais encore hélas lundi dernier à Manchester. 

» Chômage : une bonne nouvelle

La soudaine poussée de chômage en août, due sans doute au réchauffement climatique, est une bonne nouvelle : la courbe du chômage ne s’étant pas inversée François Hollande tiendra sa promesse et ne sollicitera pas un second mandat.Certes...

» Un 1er Juillet en forme de 1er Avril

L’annonce de certaines mesures tient de la (mauvaise) plaisanterie

» Les grèves : ce qu’il en coûtera

On les appelle « mouvements sociaux ». Il ne s’agit pas de mouvements puisque toute activité cesse, et ils ne sont pas sociaux puisqu’ils nuisent à la société. Les grèves, puisqu’il faut les appeler par leur nom, sont le sport favori...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...