Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

L’échange base de la richesse des nations

C’est le message essentiel de celui qui est considéré (avec Turgot) comme le père de la science économique.

Lire la suite...
Donner sa vie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 28 Mars 2018 00:00
Don de soi l www.libres.org

Il a donné sa vie. Héros et Martyr. C’est un acte, héroïque. C’est un message, moral.

Il a donné sa vie pour sauver celle d’un autre. Comme le Père Maximilien Kolbe qui à Auschwitz s’est offert de mourir à la place d’un père de famille. Comme les pères et mères l’ont fait pour leurs enfants depuis des siècles.

 

 

 

Il a donné sa vie pour protéger celle des autres. Comme tous ceux qui ont mission d’assurer la défense et la sécurité de toute la communauté. Comme les militaires et les policiers qui savent que leur vie est en danger, mais qui sont conscients et fiers de la risquer pour faire leur devoir.

Il a donné sa vie pour une cause. Comme tous ceux qui sont morts pour la justice, pour la liberté, pour leur foi.

L’acte du Colonel est héroïque, à une époque et dans une société où on ne donne plus sa vie. On croyait les héros fatigués ou disparus, voici un héros dont le comportement prouve que l’espoir est permis quand le sacrifice peut réveiller l’âme d’un peuple. Alors l’acte devient message, et le héros devient martyr.

Un martyr est celui qui accepte de donner sa vie pour les valeurs morales et spirituelles qu’il porte. Le martyre est une lumière qui met la vérité au grand jour.

Message moral : en finir avec l’indifférence et le conformisme. Ne pas se résoudre à l’abandon, à la facilité, refuser la grégarisation, la massification. Relever les défis, même quand ils sont périlleux.

Message moral encore : montrer le chemin, et notamment le chemin de la foi. A juste titre les barbares sont d’autant plus agressifs qu’ils croient que les gens qu’ils veulent détruire ne croient plus à rien, ont perdu tout courage parce qu’ils ont perdu toute humanité. Le paradoxe est que les barbares veulent donner des leçons de moralité et montrer le chemin de la charia, qui grandirait les êtres humains.

Message spirituel : le Colonel a reçu les derniers sacrements. Comme sa famille entière, il a affirmé sa foi chrétienne, qui donne un sens à notre vie et à notre mort. Certes, d’autres religions peuvent conduire l’être humain à la dignité et à l’épanouissement, mais quelle religion peut conduire à faire de la mort un précepte de vie (« je tue et je donne ma vie pour mon salut éternel ») ? René Girard a clairement opposé les religions de la vie et les religions de la mort. Une religion qui se nourrit de la haine et de l’anéantissement des impies ravale l’être humain au rang des bêtes les plus sauvages. Signe de la décadence intellectuelle et spirituelle présente, la philosophie postmoderne a prédit l’ère de « l’homme dévasté » et la fin de toute civilisation.

Message spirituel encore : habité par la foi chrétienne, le Colonel a porté dans sa vie et dans sa mort la « bonne nouvelle », l’annonce d’une civilisation fondée sur un commandement majeur : « Aimez - vous les uns les autres ». Voilà comment le sacrifice devient un martyre, la plus belle façon d’aimer les autres. Donner sa vie pour la multitude, c’est ce qu’a fait le Christ, il a racheté les vieux péchés de notre condition imparfaite. Nous sommes au cœur de la Semaine Sainte, nous revivons la passion de Jésus mais la Croix nous mène à la gloire de Pâques. Il est temps d’amorcer – et en particulier cette année – la reconstruction de notre tradition spirituelle.

Le déclin et les violences de notre société viennent d’une profonde crise morale et spirituelle, qui nous expose aux barbares puisqu’ils voient en nous des êtres prêts pour la peur et pour la soumission. Notre liberté est en péril quand elle n’est pas ordonnée à la dignité de l’être humain. Puissent les Français et les autres peuples libres recevoir le message du Colonel et, comme lui, montrer courage et honneur au service de l’humanité. La mère du Colonel Arnaud Beltrame a demandé simplement « que sa mort ne soit pas pour rien ». Il nous appartient, ensemble, de réaliser ce vœu.

 

PS. Je réserve à un autre article mon jugement sur « la polémique » que nous inflige notre classe politique, tous horizons confondus.

 
More Articles :

» La liberté d’entreprendre est menacée

Le rapport Senard-Nautat sur la Responsabilité Sociale et Environnementale

» En marche sans bouger

Je suppose que vous avez réagi à l’annonce, vendredi dernier, de l’arrêt de la Cour de Cassation précisant que le conducteur d’un véhicule à l’arrêt, moteur arrêté, pouvait être poursuivi et condamné pour tenir son téléphone...

» François Fillon : suicide ou assassinat ?

Sur BFM TV lundi soir la question était « Qui a tué François Fillon ? ». Il y a été fortement suggéré que si François Fillon a perdu les élections il n’a qu’à s’en prendre à lui-même. Mais à la vérité il n’a jamais été...

» Immigration : droit, liberté et culture

Je me fais un devoir de parler de l’immigration, je suis pourtant bien mal placé pour ce faire.Comment garder le silence sur ce sujet qui a opposé la semaine dernière, d’un côté, le Président de la République et la majorité des...

» Avent : engagement pour une vie nouvelle

Dimanche dernier était le premier dimanche de l’Avent. Les Chrétiens savent, ou devraient savoir, que l’Avent n’est pas l’Avant. Par contraste, la plupart des gens n’en ont jamais entendu parler, ou assimilent l’Avent à une période...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...