Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

La crise est inéluctable

A la différence d’Adam Smith et Turgot qui pensaient que l’activité économique apporte le progrès en permanence, grâce à des adaptations permanentes voulues par le marché, Malthus estime que la crise est inéluctable dans un pays industrialisé.

Lire la suite...
G.W.F. HEGEL (1770 - 1831) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 20 Janvier 2012 01:00

La philosophie, une science

Contrairement à beaucoup de philosophes qui s’appliquent à découvrir la nature de l’être humain et l’essence de la société par la raison, l’expérience ou les sentiments, Hegel estime que la philosophie est une science. Elle est connaissance parfaite de toutes choses.

Certes, cette connaissance n’est pas évidente, on ne peut y accéder par le sens commun. Pour nous en persuader, Hegel utilise un vocabulaire très hermétique, auquel des esprits germaniques accèdent sans doute plus facilement. « Hegel met les mots, le lecteur doit trouver le sens », ironise Schopenhauer. Pourtant, l’influence de Hegel sera sans égale : « Hegel est à l’origine de tout ce qui s’est fait de grand en philosophie depuis un siècle », écrit Merleau-Ponty en 1946.

La dialectique et le sens de l’histoire

Avant tout Hegel apportera à la philosophie la dialectique. Ce n’est pas un concept, ce n’est pas une méthode, ce n’est pas le triptyque thèse antithèse synthèse, c’est une réalité. Elle traverse l’histoire, mieux : elle est l’histoire. Le premier moment de l’esprit humain est celui de l’entendement : nous saisissons la réalité à travers des apparences. Mais un deuxième moment est celui de la raison : ce qui nous apparaît ne peut être compris que par référence à un ensemble, ce qu’il y a de non raisonnable dans les apparences se dissout dans le tout, de sorte que peut se découvrir l’idée, le lien qui inexorablement, détermine le progrès de l’esprit. Ainsi ce qui est réel est rationnel, l’être émerge du néant. Ce mouvement dialectique est permanent : l’idée se régénère sans cesse. C’est ce que Hegel entendra par « phénoménologie » : le processus de renaissance qui va dans le sens de l’histoire.

Idéalisme contre matérialisme

Ainsi l’idée occupe-t-elle tout le mouvement dialectique, toute l’histoire. C’est sans doute ce qui a séduit tant de philosophes : Hegel invite à penser dans l’absolu, à raisonner en « être pur ». « Etre et pensée sont identiques ». L’art, la religion, la philosophie nous rapprochent de l’être pur. L’idéalisme absolu de Hegel tranche avec le matérialisme historique de Marx, qui pourtant reprend fidèlement le thème du sens de l’histoire et du mouvement dialectique permanent. Mais chez Marx, c’est l’économisme qui dans l’évolution historique tient le rôle que Hegel assigne à l’idée: ce sont les rapports de production qui déterminent le sens de l’histoire et expliquent l’évolution des sociétés. Chez Marx la matière précède l’idée, sous-produit du système économique.

L’Etat et la liberté

Paradoxalement Hegel fait de la liberté l’une des composantes de l’idée qui englobe et soutient l’histoire. Cela explique que certains libéraux s’en réclameront, alors que la véritable lignée hégélienne est celle des marxistes, de Lacan, Foucault et Derrida !

Car l’avancée historique vers la liberté est cahotante. Elle se concrétise à partir d’un certain moment par l’apparition et le développement de l’Etat. Les individus eux-mêmes passent par la dialectique de la liberté : d’abord dépendants de la famille, ils accèdent ensuite à l’âge adulte et pensent à leurs affaires, avant de se fondre dans le bien commun et de devenir des citoyens.

Les hommes se sublimant dans la citoyenneté, l’Etat est le garant des libertés : voilà qui évoque Hobbes et Rousseau, et qui vaudra à Hegel les critiques de Karl Popper, voyant dans le philosophe allemand l’un des pères du totalitarisme. Le libéralisme de Hegel est donc très incertain. C’est d’autant plus frappant que Hegel assimile l’Etat à tout ce qu’il y a de grand, d’absolu, et naturellement il a une admiration sans borne pour Napoléon.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...