Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Un nouveau monde de science et d’industrie

Saint Simon « le dernier des gentilshommes et le premier des socialistes » (se définissait-il modestement) partage l’idée d’Auguste Comte : avec le XIXème siècle le monde est entré dans une ère scientifique.

Lire la suite...
AUGUSTE COMTE (1798 - 1857) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 27 Janvier 2012 01:00

Inventeur de la sociologie

Pour Auguste Comte, la philosophie se fixe pour objet essentiel l’étude scientifique du fonctionnement des sociétés, appelée encore « physique sociale ».

A la différence des philosophes des Lumières ou des économistes libéraux, Comte ne s’intéresse pas à la nature de l’être humain, à sa raison, à ses passions, ou à ses droits et ses décisions. Seule la société, seuls les faits sociaux, doivent retenir l’attention du philosophe. Car les comportements humains évoluent nécessairement en parallèle avec les progrès des sciences, qui ouvre et transforme l’esprit. Ce sont les étapes successives de la science qui guident la société et l’humanité.

Les trois états de l’histoire des sociétés

Or, à n’en pas douter pour Comte (qui ne doute jamais de rien), l’état des connaissances scientifiques explique ce qui se passe dans l’histoire. Le premier état est théologique : les hommes expliquent tout par référence à Dieu. Le deuxième état est métaphysique : les hommes découvrent les abstractions, comme la Vie, la Nature, ils croient pouvoir en déduire des lois intemporelles et universelles ; ce n’est pas une démarche scientifique. Le troisième état est positif : la science arrivé à sa complétude permet de connaître ce qui est.

Nul doute que l’humanité soit enfin parvenue à cet état au moment où Comte en prend conscience et se propose de l’expliquer à ses contemporains. A ses yeux, l’histoire est révolue.

Comment est-on passé d’un état à l’autre ? Sans doute par la tension qui pousse l’esprit humain à évoluer jusqu’à ce qu’il accède à une connaissance achevée. Cette tension est rupture, elle marque la liberté de l’esprit (c’est la liberté qui permet le progrès – seule référence de Compte à la liberté d’ailleurs). Mais cette liberté est-elle délibérée ? Comme Hegel, Comte estime que les forces de l’histoire échappent à la volonté humaine. Comte croit au sens de l’histoire, et il inspire Marx en affirmant que l’humanité est enfin parvenue à l’âge positif, celui où seule la science gouverne l’esprit, parce que les sciences elles-mêmes ont progressé, et que la plus importante des sciences, la sociologie ou « physique sociale » a été parfaitement synthétisée dans la pensée sublime d’Auguste Comte.

Organisation politique de la société

Comme son maître et complice Saint Simon, Comte est persuadé que l’organisation politique de la société n’est pas encore « scientifique ». Le pouvoir y est détenu par des juristes et des militaires, alors qu’il devrait être aux mains des savants. Voilà sans doute pourquoi Comte a toujours fasciné les Polytechniciens et les ingénieurs, souvent persuadés que l’on peut concevoir les plans d’une société parfaite. Mais à l’âge positif, les savants doivent aussi connaître la physique sociale, et les mœurs qui l’accompagnent. Ici Comte se fait le défenseur de la famille et de la morale – ce qui ne sera pas le cas de tous ses disciples, notamment Saint-Simoniens.

L’idée de l’organisation scientifique de la société, et du « meilleur des mondes », va désormais hanter beaucoup d’esprits, de Marx à Burnham (l’ère des organisateurs) en passant par Lénine et les planistes soviétiques ou français.

La religion positiviste

La religion n’échappe pas aux appétits de la science, et comme dit le Traité de Sociologie, la sociologie, doit « instituer la religion de l’humanité ». Et Comte de se mettre en peine d’imaginer et de réglementer cette nouvelle religion, avec ses rites, ses textes, ses cérémonies, sa mère protectrice, et ses temples. Le rayonnement de l’Eglise positiviste sera considérable et durable, puisque l’on trouve aujourd’hui encore beaucoup de ses temples tant aux Etats Unis qu’en Inde.

Il y a sans doute ici quelque chose de démesuré (comme dans la vie même de Comte), mais sans la dimension mystique et morale que lui donne Comte, la religion de la science pénètre aujourd’hui bien des esprits. Des philosophes comme Popper ou Hayek seront très sévères à l’égard du scientisme, qui n’est que démesure de l’esprit humain. Naturellement, les théologiens (comme dans l’Encyclique Fides et Ratio) réagiront aussi au mythe prométhéen. « Science sans conscience… » Mais, comme tous les inconscients, Auguste Comte ne connaît que la science.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1322 du 16 mai 2017


Editorial : Un triste gouvernement centriste

Conjoncture : Faut-il reparler des retraites ?

Actualité  : Le 13 mai 2017 - Il ne faut pas désespérer Billancourt…ni la CGT

Spécial présidentielles  : Ecrit au lendemain de la victoire de Hollande, il y a cinq ans - L’Europe, terre d’élection pour Emmanuel Macron - Premier entretien avec Edouard Philippe - Emmanuel Macron serait-il Tony Blair ?

Lu pour vous : Pan sur le bec - Il y a libéralisme et libéralisme

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...