Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...
HERBERT SPENCER (1820 - 1903) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 17 Février 2012 01:00

Spencer n’est pas Darwin

Pendant longtemps Spencer a été connu comme un « évolutionniste », et on a associé son nom à celui de Darwin. La thèse de Darwin consiste à voir dans l’être humain le produit d’une évolution naturelle qui a conduit sans discontinuité de la matière inerte à l’être humain.

Il n’y a pas de rupture dans ces transformations, donc l’idée d’un homme créé est exclu. Les « darwinistes » s’opposent aux « créationnistes ». Pour sa part, Spencer ne s’intéresse pas précisément à l’évolution naturelle (bien qu’il ait fait plusieurs allusions à l’idée de transformation de la matière) mais se propose d’expliquer l’évolution des sociétés. C’est un sociologue, dans la lignée d’Auguste Comte, désireux de comprendre les phases successives de l’état des sociétés. Il estime que les sociétés obéissent à un double mouvement : de diversification (une complexité croissante) et d’organisation (la mise en place d’un ordre social). Voilà pourquoi on parle à propos de Spencer de « darwinisme social » ou d’« organicisme ».

La sélection des groupes

Quel est le principe directeur de l’évolution sociale ? C’est le succès de l’initiative, du mérite, qui finalement permet aux meilleurs de l’emporter, et élimine les plus faibles. Combat pour la vie ou la survie ? Ce serait aller trop loin. Mais souci de l’efficacité et de la productivité : Spencer est sous influence de l’utilitarisme de Bentham. Est bon ce qui réussit. Sont bons ceux qui réussissent. Sa thèse est celle de « la survie des plus aptes ». Mais Spencer est sociologue, et ne s’intéresse apparemment qu’aux groupes. Comment sont-ils constitués? Une lecture rapide de Spencer verrait dans la cohésion du groupe une composante ethnique, ou religieuse, voire biologique, ce qui lui a valu de sérieuses attaques : n’est-ce pas la porte ouverte au racisme, ou à l’eugénisme ? En fait, Spencer est obligé de revenir aux individus, qui composent un peuple, et il va déplacer son étude vers la façon dont un peuple est organisé. Au-delà du débat entre l’inné et l’acquis, il y a la prééminence de l’ordre social.

Le droit d’ignorer l’Etat

L’ordre social de Spencer est celui de la liberté. Il est difficile de trouver un sociologue libéral, car le libéralisme, dans la tradition de Locke et Smith, est acte de confiance dans l’être humain, capable d’échanger, de contracter, et de rechercher des relations de mutualité. Spencer a connu Bastiat, il a été membre de l’Anti Corn Law League (société en faveur du libre échange), et il n’a pas de sympathie pour l’Etat. Voici donc un tout autre aspect de la pensée de Spencer, mis en évidence par Yvan Blot : Spencer est un anarcho-capitaliste.

Anarchiste, parce qu’on peut se passer totalement de l’Etat. Les sociétés se sont données un Etat au cours d’une phase primitive où la force et la guerre étaient les modes de relation dominants. Pourquoi la société serait-elle encore soumise au pouvoir, à ceux qui exercent la contrainte, alors que l’on est parvenu au stade du plein développement, et que l’homme lui-même a progressé ? Il va donc bien au-delà du libéralisme classique, qui s’accommode en général d’un Etat minimum.

Mais cet anarchiste est aussi un fervent défenseur du droit de propriété, base du système capitaliste. C’est parce qu’ils ont un droit de propriété sur eux-mêmes, sur leurs initiatives et leur réussite, que les individus peuvent s’organiser à travers l’échange. L’anarchisme de Spencer est donc identique à l’ordre spontané de Hayek. Il repose sur l’aptitude des gens à s’auto-organiser sans qu’il soit besoin de recourir à la contrainte.

Darwinisme peu « social »

Spencer s’est fait d’autres ennemis en poussant l’idée de sélection jusqu’à son point extrême. Car le voici à nouveau sociologue, quand il recherche les caractéristiques des groupes sociaux les plus efficaces, et qui vont donc survivre. Ces groupes ne peuvent entretenir en leur sein des individus qui n’ont pas les aptitudes voulues. Les lois sur les pauvres appauvrissent tout le monde. La charité n’est pas un service, il est source d’assistanat, dirait-on aujourd’hui. Et Spencer d’en conclure que le moindre défaut de l’Etat n’est pas de vouloir redistribuer les richesses au bénéfice des parasites et au détriment des plus aptes, de sorte que le groupe s’affaiblit jusqu’à disparaître. L’anthropologie de Spencer est assez impitoyable !

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1343 du 29 novembre 2017

Editorial : Le doux commerce
Actualité
:
Le libéralisme est libéral - La grande cause du quinquennat - Agir : Les constructifs se détruisent
- La leçon africaine d’Emmanuel Macrons
Connaissance du libéralisme :
Liberté et Propriété, la synthèse 
Lu pour Vous :
Assemblée Générale 2017 de l’ALEPS - Hervé Novelli lauréat du Prix Renaissance de l’économie


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...