Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
HERBERT SPENCER (1820 - 1903) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 17 Février 2012 01:00

Spencer n’est pas Darwin

Pendant longtemps Spencer a été connu comme un « évolutionniste », et on a associé son nom à celui de Darwin. La thèse de Darwin consiste à voir dans l’être humain le produit d’une évolution naturelle qui a conduit sans discontinuité de la matière inerte à l’être humain.

Il n’y a pas de rupture dans ces transformations, donc l’idée d’un homme créé est exclu. Les « darwinistes » s’opposent aux « créationnistes ». Pour sa part, Spencer ne s’intéresse pas précisément à l’évolution naturelle (bien qu’il ait fait plusieurs allusions à l’idée de transformation de la matière) mais se propose d’expliquer l’évolution des sociétés. C’est un sociologue, dans la lignée d’Auguste Comte, désireux de comprendre les phases successives de l’état des sociétés. Il estime que les sociétés obéissent à un double mouvement : de diversification (une complexité croissante) et d’organisation (la mise en place d’un ordre social). Voilà pourquoi on parle à propos de Spencer de « darwinisme social » ou d’« organicisme ».

La sélection des groupes

Quel est le principe directeur de l’évolution sociale ? C’est le succès de l’initiative, du mérite, qui finalement permet aux meilleurs de l’emporter, et élimine les plus faibles. Combat pour la vie ou la survie ? Ce serait aller trop loin. Mais souci de l’efficacité et de la productivité : Spencer est sous influence de l’utilitarisme de Bentham. Est bon ce qui réussit. Sont bons ceux qui réussissent. Sa thèse est celle de « la survie des plus aptes ». Mais Spencer est sociologue, et ne s’intéresse apparemment qu’aux groupes. Comment sont-ils constitués? Une lecture rapide de Spencer verrait dans la cohésion du groupe une composante ethnique, ou religieuse, voire biologique, ce qui lui a valu de sérieuses attaques : n’est-ce pas la porte ouverte au racisme, ou à l’eugénisme ? En fait, Spencer est obligé de revenir aux individus, qui composent un peuple, et il va déplacer son étude vers la façon dont un peuple est organisé. Au-delà du débat entre l’inné et l’acquis, il y a la prééminence de l’ordre social.

Le droit d’ignorer l’Etat

L’ordre social de Spencer est celui de la liberté. Il est difficile de trouver un sociologue libéral, car le libéralisme, dans la tradition de Locke et Smith, est acte de confiance dans l’être humain, capable d’échanger, de contracter, et de rechercher des relations de mutualité. Spencer a connu Bastiat, il a été membre de l’Anti Corn Law League (société en faveur du libre échange), et il n’a pas de sympathie pour l’Etat. Voici donc un tout autre aspect de la pensée de Spencer, mis en évidence par Yvan Blot : Spencer est un anarcho-capitaliste.

Anarchiste, parce qu’on peut se passer totalement de l’Etat. Les sociétés se sont données un Etat au cours d’une phase primitive où la force et la guerre étaient les modes de relation dominants. Pourquoi la société serait-elle encore soumise au pouvoir, à ceux qui exercent la contrainte, alors que l’on est parvenu au stade du plein développement, et que l’homme lui-même a progressé ? Il va donc bien au-delà du libéralisme classique, qui s’accommode en général d’un Etat minimum.

Mais cet anarchiste est aussi un fervent défenseur du droit de propriété, base du système capitaliste. C’est parce qu’ils ont un droit de propriété sur eux-mêmes, sur leurs initiatives et leur réussite, que les individus peuvent s’organiser à travers l’échange. L’anarchisme de Spencer est donc identique à l’ordre spontané de Hayek. Il repose sur l’aptitude des gens à s’auto-organiser sans qu’il soit besoin de recourir à la contrainte.

Darwinisme peu « social »

Spencer s’est fait d’autres ennemis en poussant l’idée de sélection jusqu’à son point extrême. Car le voici à nouveau sociologue, quand il recherche les caractéristiques des groupes sociaux les plus efficaces, et qui vont donc survivre. Ces groupes ne peuvent entretenir en leur sein des individus qui n’ont pas les aptitudes voulues. Les lois sur les pauvres appauvrissent tout le monde. La charité n’est pas un service, il est source d’assistanat, dirait-on aujourd’hui. Et Spencer d’en conclure que le moindre défaut de l’Etat n’est pas de vouloir redistribuer les richesses au bénéfice des parasites et au détriment des plus aptes, de sorte que le groupe s’affaiblit jusqu’à disparaître. L’anthropologie de Spencer est assez impitoyable !

 

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...