Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
HENRI BERGSON (1859 - 1941) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 16 Mars 2012 01:00

Métastatique et Dynamique

Métastatique : la série de photos instantanées, prises à la suite. Dynamique : le film. C’est cette distinction qui est au cœur de la pensée de Bergson. Il distingue le temps et la durée. Le temps c’est celui de l’observatoire (les économistes de l’école autrichienne parlent du « temps newtonien »), il est mesuré instantanément, il est objectif.

La durée c’est ce qui est perçu par l’individu, pour lui il est le temps « réel », subjectif. Que les secondes sont parfois longues… Ce temps réel, c’est celui que mesure notre conscience, pas notre montre.

L’opposition entre temps et durée se complète par la distinction entre l’intelligence et l’intuition. L’intelligence nous permet d’analyser mécaniquement les phénomènes observés, et de rechercher des liens de causalité. L’intuition c’est ce qui nous permet de comprendre, parce que les découvertes de notre intelligence sont intégrées dans un savoir plus global et personnel. Intuition et intelligence ne s’opposent pas, elles se distinguent et se complètent.

L’erreur du Scientisme

Le temps objectif est celui que retiennent les scientifiques, c’est normal. En physique, dans les disciplines techniques, il n’y a pas de place pour la subjectivité. Mais la conséquence c’est que la science ne peut pas tout expliquer, puisqu’elle ne peut prendre en compte la durée. Bergson s’élève donc contre la prétention de certains de tout analyser et tout comprendre de l’homme et de la société à partir de la science. Bergson condamne ainsi le scientisme, mais aussi toutes les formes de déterminisme social, comme le positivisme d’Auguste Comte, ou l’historicisme des Allemands.

Bergson relève l’erreur qui consiste à appliquer les méthodes des sciences de la nature, qui peuvent permettre de découvrir des analogies, des cycles, et d’éternels recommencements, aux sciences de l’homme, qui sont confrontées à la dynamique et à la subjectivité. Mathématicien, Bergson dénonce l’usage déplacé des mathématiques en sciences sociales.

Des sociétés closes aux sociétés ouvertes

Il est vrai cependant que les sciences sociales, qui intègrent la durée dans leur approche, doivent expliquer l’existence de régularités, de règles. Les hommes ne peuvent vivre sans société, et la société ne peut survivre sans règle. Mais ce ne sont que des règles de survie, établies au contact de la nature, ce qui leur donne une assise suffisante, mais pas assez pour être définitive. C’est la source de conflits entre groupes humains, chacun cherchant sa survie malgré les autres. Ces règles caractérisent ce que Bergson appelle des sociétés closes.

Heureusement, « l’élan vital », « force créant de façon imprévisible des formes toujours plus complexes », habite quelques personnalités exceptionnelles, qui inventent des valeurs absolument universelles, qui ne servent pas à la conservation de la société mais à la création d'une humanité nouvelle. Les sociétés deviennent ouvertes.

De la mystique à la religion

Les personnalités sont exceptionnelles parce qu’elles ont gardé l’élan vital, la dynamique de la création. Elle sont nécessairement des mystiques, car elles se réfèrent à la création, et partant au créateur. Pour Bergson, l’exemple sublime de personnalité exceptionnelle est le Christ. Mais la rencontre avec Dieu, la mystique religieuse, est avant tout personnelle, elle éclaire l’intuition. Suivant un texte d’Anthony Feneuil, « la nature de Dieu ne se donne jamais qu'à travers sa personne. L'amour est le nom propre de Dieu : il le désigne dans la relation que nous pouvons entretenir avec lui, sans jamais l'insérer dans le réseau conceptuel de nos connaissances discursives[].». Bergson verserait-il dans le relativisme métaphysique (à chacun son Dieu) ? C’est en tout cas ce qu’a condamné l’Eglise catholique. Portant Bergson, juif et fier de l’être, au point de revendiquer sa judaïté devant le régime de Vichy, est mort à la veille d’une conversion délibérée au catholicisme.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...