Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

Voir la vie comme un économiste

Ce thème de l’allocution prononcée lorsqu’il fut honoré du prix Nobel d’économie (1992) résume l’originalité de Gary Becker.

Lire la suite...
CHARLES FOURIER (1772-1837) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 18 Mars 2011 01:00

Les sentiments, bases de la société

Charles Fourier a inspiré Proudhon, mais Marx l’a méprisé. Marx l’économiste rejettera avec violence les « utopies » des Français, construites en ignorance totale des lois de l’économie. Il est vrai que Fourier part du principe qu’une société ne peut être harmonieuse que si elle rencontre les sentiments des individus.

 

 

Fourier est un obsédé de la classification, il veut ranger les hommes dans des catégories bien précises comme Buffon a rangé les animaux. Trois passions majeures animent l’être humain. « La composite » le pousse à s’associer, à coopérer. « La cabaliste » l’incline à la dispute, à l’intrigue. « La papillonne » est le désir de changer sans cesse. De ces trois passions majeures se déduisent douze passions secondes, qui conduisent à 144 passions mineures. Il faut donc organiser une société où ces passions pourront s’harmoniser.

Le phalanstère, communauté d’harmonie

Fourier imagine donc une société parfaite, une phalange formée de1620 personnes, dont 810 de caractères différents. Les hommes y travailleront dans la joie, sans effort, les pénuries auront disparu, et des résultats extraordinaires et inattendus pourront survenir : les pôles se réchaufferont, il y aura des anti-lions et des anti-requins, les hommes vivront 144 ans. L’emploi du temps est rigoureusement planifié. Chacun change d’activité au cours de la journée, alternant effort physique et talent artistique. Grâce à ce « bien vivre », à cette Abbaye de Thélème ou à cette Cité Radieuse, on ne manque de rien, donc la règle est celle du partage : production et consommation en commun.

Ce programme est en effet utopique. Il est en même temps totalitaire, englobant tous les aspects de la vie. Comme chez Platon, femmes et enfants sont en commun : « Familles je vous hais ! » lance Fourier bien avant Gide. Mais il va pourtant séduire des centaines de « fouriéristes », Robert Owen, riche industriel anglais, s’exilera aux Etats-Unis après la faillite de son entreprise et créera des « communautés d’harmonie ». Sous l’impulsion d’Owen ou d’autres visionnaires, plus de 5.000 communautés existeront en Amérique…pour très peu de temps ! Fourier critiquera Owen pour ne pas avoir compris la philosophie de son phalanstère.

Les coopératives de production

Plus réalistes, mais plus éloignés du plan des Phalanstères, plusieurs groupes d’ouvriers se constitueront en « coopératives ouvrières de production » : plus de patron, plus de capitaliste, seulement des coopérateurs, mettant en commun leurs ressources et leur travail. Dans la lunetterie, dans l’horlogerie, dans la chaussure, ces communautés de travail se multiplieront et certaines survivront jusqu’à nos jours, et le statut de SCOOP (Sociétés coopératives ouvrières de production) est reconnu par le droit positif français. Le manque de moyens financiers et les difficultés du partage rendent en général le système peu durable. Une autre expérience assez durable a été celle du « familistère » organisé par Godin dans les fabriques de poêles.

La société sans commerce et sans classe

Une autre idée force de Fourier a fait son chemin. Il ne doit y avoir aucun intermédiaire entre le producteur et le consommateur. Dans le Phalanstère on consomme ce qui est produit. La source des déséquilibres et de la misère dans la société vient du commerce. Fourier a fait cette découverte en épluchant une pomme, qui est vendue 12 sous dans le restaurant où il prend ses repas, alors qu’il l’avait vue à moins d’un sou sur les quais du port. Cette pomme à ses yeux est la plus importante de l’histoire après celle d’Eve, de Pâris et de Newton. Le commerce et le profit sont du vol. Ils naissent de l’existence de la propriété privée (c’est un manuscrit de Fourier que Proudhon a composé dans son imprimerie qui éveillera sa carrière intellectuelle).

Persistance de l’utopie

Fourier mériterait l’oubli voire le mépris si ses pensées et ses œuvres ne résumaient pas toutes les déviances de l’utopie : le constructivisme, désir de créer une société parfaite, le collectivisme négation de la propriété, le sociologisme qui privilégie le groupe et ignore famille et communautés naturelles, les sciences occultes et le jeu des passions qui font fi de la réalité spirituelle et intellectuelle de l’être humain. Hélas, le fouriérisme hante beaucoup d’esprits et inspire encore beaucoup de discours et d’écrits deux siècles plus tard. Les illuminations de Fourier brillent toujours.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1343 du 29 novembre 2017

Editorial : Le doux commerce
Actualité
:
Le libéralisme est libéral - La grande cause du quinquennat - Agir : Les constructifs se détruisent
- La leçon africaine d’Emmanuel Macrons
Connaissance du libéralisme :
Liberté et Propriété, la synthèse 
Lu pour Vous :
Assemblée Générale 2017 de l’ALEPS - Hervé Novelli lauréat du Prix Renaissance de l’économie


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...