Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

La crise est inéluctable

A la différence d’Adam Smith et Turgot qui pensaient que l’activité économique apporte le progrès en permanence, grâce à des adaptations permanentes voulues par le marché, Malthus estime que la crise est inéluctable dans un pays industrialisé.

Lire la suite...
Revue des livres

Retour à la racine > Année 2015

Un entrepreneur militant au service des entrepreneurs
PDF Imprimer
Couverture du livre Un entrepreneur militant au service des entrepreneurs
Catégorie: Année 2015
Auteur: Robert Lafont
Editeur: Robert Laffont
Année: 2015
Visites: 3370
Avis des utilisateurs:  / 0
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Nicolas Lecaussin

Il y a 30 ans, Robert Lafont fondait le magazine
Entreprendre. Il fallait beaucoup de courage à l’époque :
les chefs d’entreprise étaient très mal vus et l’économie
était considérée comme le monopole de l’Etat. Depuis,
Entreprendre ne cesse de montrer cette autre France
faite d’entrepreneurs qui créent les richesses du pays.
Tous les mois, on y découvre le monde de l’entreprise et
de l’innovation, des chefs d’entreprise connus et bien
d’autres, encore plus nombreux dont on n’entend jamais
parler mais qui sont au moins aussi importants que les
plus célèbres. Et en 2015 le groupe Robert Lafont comprend
plus de 80 titres…
Le petit ouvrage de Robert Lafont rassemble des dizaines de portraits d’entrepreneurs
mais aussi quelques coups de gueule de l’auteur, entrepreneur luimême,
à l’adresse d’un Etat incapable de comprendre les mutations du monde
d’aujourd’hui. Le mérite de ceux qui réussissent est d’autant plus impressionnant
qu’ils sont face à des hommes politiques incapables de réformer le pays.
A côté d’un Xavier Niel, aujourd’hui 10ème fortune de France (« Niel devrait passer
au 20 heures tous les soirs, cela changerait l’ambiance ! »), on trouve
Matthieu Rousseau qui a développé de manière spectaculaire un groupe d’enseignement,
Place Victor Hugo. On découvre aussi Jean-Pierre Geeraert, le seul
éleveur au monde d’écrevisses (à pattes rouges) ! Ou bien Arnaud Duffort, parti
de rien pour créer JFC-Duffort, le leader de la distribution auto, Louis Timur, fondateur
de Rapid pare-brise, Marc Laufer, ancien de RMC et créateur de
Newsco. Toujours dans ces pages écrites avec beaucoup de passion, on fait la
connaissance de Philippe Lefrancq, le fondateur de Florajet à partir de sa petite
boutique de fleurs perdue dans un petit village du Lubéron. Aujourd’hui, il a
400 000 clients fidèles et 12 millions de visiteurs uniques sur son site.
Farid Mokart est le cofondateur de Fred & Farid, l’un des plus beaux succès de
la pub hexagonale, présent aussi en Chine. Patrick Drahi, dont on parle beaucoup
en ce moment est, lui aussi, parti de zéro : simple employé chez Philips
en 1983, il entre par la suite chez UPC, la filiale de John Malone, père fondateur
de l’industrie du câble. Drahi comprend l’importance et l’avenir du câble en
France et commence par acheter un petit réseau pour créer, en 2003, la grande
société Numéricable. Moins médiatisé, Jean-Pierre Gérard, PDG du groupe IMI
devenu leader de mécanique de précision, a aussi des idées de réforme. Les
charges et les impôts l’obligent à délocaliser, le SMIC le pousse à faire attention
à sa politique d’embauche : « Au lieu de payer des indemnités de chômage,
créons un SMIC à 600 euros avec une compensation de 600 euros payés par
Pôle Emploi à chaque salarié chômeur qui trouve un emploi ».
« Travailler plus pour gagner autant », dit Jean-Pierre Barjon, roi de la limonade
Lorina, « made in France ». Voilà la réaction habituelle qu’inspire la pression fiscale
qui existe en France et qui fait fuir à l’étranger de très nombreux entrepreneurs.
Face à la détresse de nombreux Français (entrepreneurs ou pas), Robert
Lafont n’hésite pas à faire des propositions de réforme que l’IREF pourrait très
bien faire siennes : possibilité d’amortir à 100 % tout investissement industriel
(ce qui a d’ailleurs fait l’objet d’une décision allant dans ce sens en décembre
dernier), allègement du Code du travail pour les PME de moins de 200 salariés,
suppression de l’ISF, baisse de l’IS à 20 % sur tous les bénéfices réinvestis…
Robert Lafont est en fait un entrepreneur militant. Pourvu qu’il soit entendu…

Date d'insertion: Mardi, 30 Juin 2015 23:42

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...