Revue des livres
Ecole : nos enfants en péril
Imprimer
Couverture du livre Ecole : nos enfants en péril
Catégorie: Année 2015
Editeur: Contribuables Associés
Année: 2015
Commentaire
Ecrit par Administrator

Contribuables associés n’est pas seulement une ligue de défense des Français contre le terrorisme fiscal pratiqué par l’Etat et les administrations publiques. C’est aussi un réservoir d’idées et d’analyse qui va jusqu’à la racine de l’oppression fiscale. S’il y a trop d’impôts, c’est parce qu’il y a trop de dépenses publiques. S’il y a trop de dépenses, c’est qu’il y a trop d’Etat. Ainsi rejoint-on le thème de l’ALEPS ; d’ailleurs Benoîte Taffin, porte parole de Contribuables, est également administrateur de notre association.

Le mérite de Contribuables est de présenter de façon attrayante les grands dossiers de la société française. Dans la série de ses « enquêtes » voici un numéro consacré à l’école ? Tout est dit, avec une argumentation et une documentation de nature à convaincre les plus sceptiques. Nous entendons sans cesse vanter les mérites de « l’école de la République », alors qu’il s’agit de l’échec le plus complet et le plus dramatique qui soit en matière d’éducation et d’instruction.

Cet opuscule se divise en trois parties : le constat, les responsabilités, les solutions. Le constat c’est celui du mammouth, vous serez stupéfaits par le tableau qui résume les défaillances de l’Education Nationale, comparée aux autres systèmes d’enseignement européens : les chiffres sont accablants. C’en ets au point que Laurent Laffargue, mathématicien français lauréat de la médaille Fields, l’équivalent du Nobel en la matière, affirme « Je ne fais plus confiance à, l’école dite républicaine ». Quels sont les responsables de la faillite éducative ? Qui conçoit les programmes ? Qui inspecte les enseignants, qui les forme ? Notre ami (et administrateur) le philosophe Philippe Nemo démonte le vrai complot des socialistes contre la culture classique, et il n’est pas tendre pour la qualité de ces destructeurs de culture «  Je puis témloigner qu’il y a de véritables illettrés parmi les inspecteurs de l’Education Nationale ». Alors, que faire pour redresser la barre ? « Réintroduire dans le système diversité, innovation et émulation […]autoriser la naissance d’établissements publics dérogatoires, fondés sur le volontariat, la liberté de recruter professeurs et élèves selon des critères affichés d’excellence ». Philippe Nemose réfère ici implicitement à la réforme anglaise dite « opting out »/

C’est justement en regardant les réformes réalisées à l’étranger qu’Anne Coffinier, présidente de la Fondation pour l’Ecole, montre le chemin de l’espoir. Elle passe en revue les différentes initiatives, depuis le chèque éducation jusqu’à l’école chartée ou l’école familiale. Un tableau synthétique permet de faire un tour d’Europe des écoles ; il fait ressortir l’exception française d’où la liberté scolaire a été bannie. Il nous faut, dit-elle « retrouver le goût de l’excellence et de la liberté ».

Voilà un excellent manuel pour ouvrir les yeux de beaucoup de Français, pour leur éviter de sombrer dans le désespoir : l’école de nos enfants est en péril, mais  la liberté peut tout bouleverser. Reste à démolir les bastions idéologiques et syndicaux qui détiennent le pouvoir dans l’Education Nationale.

Date d'insertion: Mercredi, 14 Octobre 2015 00:27