Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

Le monétarisme de l’école de Chicago

« L’anti-Keynes » : ainsi a-t-on qualifié Milton Friedman, bien que Keynes ait été contesté dès les années 1930 par l’école autrichienne.

Lire la suite...
Revue des livres

Retour à la racine > Année 2015

Climat Investigation
Admirable ouvrage, admirable courage ! Je me faisais un devoir de lire ce livre par curiosité, pour le sort incroyable qui a été réservé à son auteur. A l’usage, je m’en suis fait un plaisir.
PDF Imprimer
Couverture du livre Climat Investigation
Catégorie: Année 2015
Editeur: éd. Ring
Année: 2015
Visites: 4220
Avis des utilisateurs:  / 1
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Jacques Garello

L’ouvrage de Philippe Verdier est scandaleux, il viole la pensée unique, il attaque la COP 21, et c’est justice s’il a été immédiatement renvoyé de France Télévisions. Il apprendra à ses dépens que la liberté de la presse a des limites, elle ne peut mettre en cause des gens de qualité, comme des politiciens, de grands industriels, voire même des autorités religieuses.

Admirable ouvrage, admirable courage ! Je me faisais un devoir de lire ce livre par curiosité, pour le sort incroyable qui a été réservé à son auteur. A l’usage, je m’en suis fait un plaisir. Le livre est écrit non comme un roman policier, mais comme un compte de fées : à cela près que les fées sont des gens peu intéressants, mais qui tiennent le pavé, nous mentent, nous égarent et nous exploitent.

Météorologue de profession, mais aussi économiste de Paris Dauphine, naguère journaliste à France 2 Philippe Verdier couvre les grandes conférences sur le climat depuis quelque dix ans maintenant. Il a appris à connaître toute l’aristocratie écologiste et onusienne du monde, à comprendre leur jeu, leurs intérêts. Sa thèse est simple : les dégâts entraînés par le réchauffement climatique sont une pure invention, mais un bon business. Le produit vendu est la peur, il faut affoler le chaland pour attirer du monde dans les sommets de la terre, pour capter des fonds, pour promouvoir les grands hommes, les politiciens, mais aussi les « communicants ». Philippe Verdier rappelle plusieurs épisodes : pour relancer le jeu, des hommes politiques ou des pseudo-scientifiques diffusent une information terrifiante, et si possible impossible à vérifier, tant elle est intemporelle, immatérielle.

Derrière ce monde en trompe l’œil, les multiples organisations onusiennes, dont la plus célèbre est le « groupe intergouvernemental » bien connu, le GIEC. Tous les axiomes et théorèmes du GIEC sont démontés par Philippe Verdier, ils ne résistent pas à l’analyse. Philippe Verdier n’est pas le premier à dégonfler la baudruche du GIEC, mais son originalité est de mettre en cause des gens au-dessus de tous soupçons : de grandes entreprises du CAC 40, et notamment des entreprises publiques, de grandes vedettes de la télévision, y compris des météorologues comme Evelyne Dhélyat, des ministres, en particulier Fabius et Royale et le président Hollande lui-même qui organise le cirque de la COP 21, coûteuse, inutile, et simplement médiatique, voire même les plus hautes autorités religieuses, tant musulmanes qu’anglicanes ou évangélistes, ou même catholiques : l’Encyclique Laudato Si n’échappe pas à une critique affûtée, comme par hasard de hautes personnalités du monde entier, y compris le secrétaire général de l’Onu, sont venus le visiter pour inspirer son texte.

J’avais eu l’honneur de préfacer il y a huit ans l’ouvrage de mon ami Vaclav Klaus, alors président de la République Tchèque. Peut-être davantage intéressé par l’économie et la géopolitique, cet ouvrage nous éclairait sur l’offensive idéologique qui était derrière la farce du réchauffement climatique. Mais la lecture de Philippe Verdier vous plaira encore plus, parce qu’il nous parle de ces professionnels du mensonge que nous croisons tous les jours, et qui empoisonnent la vie publique.  D’ailleurs l’auteur consacre les derniers chapitres à nous expliquer que le réchauffement a été pour les Français une aubaine plutôt qu’une catastrophe…

 

Climat Investigation, Philippe Verdier, octobre 2015, éd. Ring

Date d'insertion: Mercredi, 11 Novembre 2015 00:07

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...