Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...
Revue des livres

Retour à la racine > Année 2008

Le Regard Vide. Essai sur l’épuisement de la culture européenne
Extrêmement cultivé, excellent orateur, le professeur Jean François Mattéï est un essayiste hors pair. C’est ce qu’il démontre avec son dernier livre, dans lequel il s’interroge sur la réalité de l’extinction de notre civilisation occidentale.
PDF Imprimer
Couverture du livre Le Regard Vide. Essai sur l’épuisement de la culture européenne
Catégorie: Année 2008
Editeur: Flammarion
Année: 2007
Visites: 4293
Avis des utilisateurs:  / 0
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

On a d’abord eu les grands penseurs des siècles passés qui ont écrit sur la fin de la culture. On les a accusés de pessimisme romantique, de défaitisme intellectuel. Aujourd’hui on les appellerait des « déclinologues » en les jugeant trop excessifs et prêts à organiser le sabotage de leur pays d’origine. Pourtant, ces considérations envers ceux qui aiment tirer le signal d’alarme mériteraient être nuancées. « Que ce déclin, ce dépérissement ou cette agonie soit une vérité ou une erreur, nous ne saurons en décider d’emblée sans poser la question de la réalité de notre culture et nous interroger sur l’identité de l’Europe », soutient d’emblée le professeur Mattéi. En effet, l’identité de la culture européenne se résume trop souvent à « l’ouverture à l’Autre ». Or, cette ouverture, bien qu’elle soit tout à fait enrichissante et bénéfique, ne saurait se faire sans une existence « propre ». (Ré)affirmer son « moi » est la première condition de l’ouverture. Et ce « moi » de la culture européenne tient, selon l’auteur, à trois commandements : « la persistance d’un regard dirigé vers le lointain, le culte de l’abstraction issu de la visée théorique de l’âme, et l’éloge de l’infini porté par une attente messianique ».

Le mythe de l’enlèvement d’Europé brillamment raconté est à l’origine de l’opposition de l’est et de l’ouest, de l’orient et de l’occident et aussi de la fondation des cités puisque les trois princes élèveront des cités dont la ville de Thèbes qui a apporté, avec l’alphabet, la culture aux populations autochtones. Avec Platon, l’Europe va devenir « idée » en étant associée à la forme suprême de la justice où se reconnaîtra par la suite la culture européenne. Mais toute cette histoire montre que l’Europe a toujours été en quête d’une identité tout en s’ouvrant à l’altérité extérieure comme le montre l’exemple de Rome qui a intégré les Barbares. La naissance de l’Université marque l’apparition de l’homme nouveau identifié à l’âme chrétienne européenne. Cet homme se sent de plus en plus « civilisé » et héritier du monde antique. Il commence à dénoncer la barbarie et à montrer sa supériorité.

Du point de vue politique, c’est l’abbé de Saint-Pierre qui, le premier, a été le plus ambitieux et le plus réaliste : « Si la société européenne procure à tous les Etats une sûreté suffisante de la paix perpétuelle, tous auront alors avantage à signer le traité qui établira cette société… donc il n’y aura aucun Etat qui n’aura pas avantage à signer le traité qui établira cette Société ». Très tôt, l’Europe a jeté un regard inquiet sur le comportement des hommes et de l’histoire. Elle a préféré instaurer assez rapidement un Etat de droit et a privilégié des institutions politiques sûres (sans avoir toujours fait le bon choix…). Pour le professeur Mattéi, le mouvement de révolte contre l’injustice, né du sentiment d’indignation devant les actes des hommes, serait constitutif de l’âme de l’Europe. C’est bien évidemment vrai mais cette « révolte » a aussi « débouché » sur les idéologies tiers-mondistes et les catastrophes totalitaires. D’un côté Montaigne qui met en accusation « l’horreur barbaresque » des conquistadores espagnols et, de l’autre, les délires des intellectuels bien-pensants ou les massacres des « révolutions » faites au nom du Bien. En même temps, ce Bien a aussi enfanté la liberté. Pour nous, les libéraux, c’est ce qui compte le plus. Et l’auteur de préciser que « la liberté est bien le premier moteur de l’âme européenne… C’est un principe régulateur de la raison qui, en tant que postulat, libère l’être rationnel de la dépendance envers les nécessités de la nature. C’est d’ailleurs Hegel qui va identifier l’essence de l’esprit, en l’associant à l’histoire européenne, à ce qu’il nomme la liberté comprise comme « pure négativité de toute immédiateté ».

Alors, mort ou survie de la culture européenne ? L’auteur, comme tout libéral, est un optimiste. Regarder les choses en face, accepter les critiques et les remarques négatives ne sont pas des avatars du défaitisme : « L’Europe ne sera fidèle à elle-même que si elle réussit à accorder sa nostalgie d’un temps perdu au désir du temps retrouvé », conclue avec raison Mattéi.

 

Date d'insertion: Vendredi, 14 Mars 2008 23:28

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...