Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

La propriété c’est le vol

« Il ne se dit pas en un siècle une formule aussi éblouissante. Je la tiens pour un trésor plus grand que toute la fortune des Rothschild ».

Lire la suite...
Gérard Bramoullé PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 04 Février 2013 17:28

DEVELOPPEMENT DURABLE ET TENTATION REGLEMENTAIRE

Le Professeur Gérard Bramoullé de l'Université Paul Cézanne décortique ici pour nous la notion de développement durable pour montrer qu'elle est un non sens. 

La mode est au « développement durable ». Cette notion sert en réalité d’alibi à de nouvelles réglementations coercitives.

C’est avec le rapport Bruntland de 1987 que la notion émerge. En 1992 la déclaration de « l’Agenda 21 » lors du sommet de Rio est signée par 173 pays : 2500 recommandations ! Dix ans plus tard, au sommet de Johannesburg, le Président Chirac défendra le développement durable pour qu’il soit intégré à tous les niveaux administratifs internationaux. Le protocole de Kyoto adopté par plus de 150 pays propose quant à lui un objectif d’ici 2012 de réduction de 8% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’année 1990. Ce protocole a été rejeté par les Etats-Unis et la Chine. Les pays riches ont forcé la main des pays pauvres en leur disant « signez, vous n’aurez pas à l’appliquer »…

L’idée du développement durable serait de répondre aux besoins de la génération présente sans compromettre ceux des générations futures en n’épuisant pas les ressources non renouvelables… Au sommet de Rio la définition a été « affinée » pour incorporer les peurs économiques et sociales. Aux régulations coercitives écologistes se sont ajoutées les réglementations économiques et sociales.

Pourtant, le concept de développement durable est un non-sens. D’abord la notion de besoin est subjective. Il est impossible de connaître les besoins des générations futures. On prétend se mettre à leur place mais c’est en réalité l’Etat et sa bureaucratie qui définissent ces besoins. Ensuite les ressources naturelles n’existent que parce que l’homme a découvert leur utilité. Le pétrole n’a été que pourriture tant qu’il ne servait pas des besoins humains. Déjà le Club de Rome dans les années 1970 prédisait que les stocks mondiaux seraient épuisés. On avait oublié qu’avec la rareté des ressources, les prix montent, faisant ainsi émerger des innovations pour économiser des ressources : on repousse les limites. S’ils avaient vécu au 17ème siècle les tenants du développement durable auraient prôné l’arrêt de l’usage du cheval.

Enfin, la notion de durabilité semble oublier que le développement est un phénomène de long terme justement. L’allocation intertemporelle des ressources se fait en fonction du prix du temps qui est le taux d’intérêt. Nous savons que les gens ont une préférence pour le présent : les marchés résolvent ce problème d’allocation intertemporelle des ressources. En réalité, les organisations et lobbies internationaux se servent de la durabilité pour rendre leur propre pouvoir durable.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...