Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Prof Jiri Schwarz PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 04 Février 2013 17:32

LES "INCITATIONS A L'INVESTISSEMENT"

Le Professeur Jiri Schwarz de l'Université de Prague s'attaque ici à la mode des "incitations à l'investissement" que nos hommes politiques nous servent régulièrement au prétexte du développement local. 

Les incitations à l’investissement sont très à la mode chez les politiciens. Elles leur permettent de montrer qu’ils font « quelque chose » pour le développement local.

Les incitations à l’investissement sont des soutiens sélectifs aux investisseurs : des réductions ou exemptions d’impôts, des subventions à la création d’emploi, à la formation etc. En République tchèque, le cas typique est sans doute Skoda. La position de l’Union Européenne est ambiguë. D’un côté elle ne soutient pas clairement les incitations à l’investissement parce qu’elle les définit comme une menace au fonctionnement naturel des marchés intérieurs. La discrimination entre subventionnés et non-subventionnés génère une distorsion sur le marché. D’un autre côté le traité européen est compatible avec ce genre de pratiques puisqu’il stipule qu’on peut les octroyer sous des circonstances exceptionnelles. Mais ces dernières ont été vite remplacées par des circonstances « évidentes ». Nous voilà donc dans le pragmatisme le plus pur.

L’approche sélective entre grandes régions européennes est fondée sur les différences de PIB par tête, permettant donc des niveaux différents d’aide publique : celle-ci peut atteindre 50% de l’incitation « totale » en Slovaquie, Pologne ou Hongrie, mais plus que 40% en République Tchèque. En Allemagne ou en Autriche le niveau est de 30%. Cela introduit donc un biais dans la concurrence entre pays qui veulent attirer les investisseurs étrangers.

Mais ces incitations à l’investissement peuvent-elles soutenir la croissance, créer des emplois, éliminer les différences entre régions riches et pauvres, et renforcer la concurrence ? Comme Frédéric Bastiat l’a bien montré, il faut prendre en compte « ce qu’on ne voit pas » derrière ces politiques « faciles ». C’est ce que mon équipe a tenté de faire dans une étude.

Alors que le « rendement social » de ces incitations est supposé être le plus important dans les régions avec les PIB par tête les plus bas, l’aide n’est en réalité pas distribuée dans les zones les plus pauvres. Alors qu’il est supposé que l’incitation à l’investissement accélère la croissance des régions pauvres, il n’en est rien en réalité. Les comparaisons des taux de croissance trois ans avant et trois après l’aide ne divergent quasiment pas.

De même l’effet sur la création d’emploi est nul. En République Tchèque l’aide par emploi est de 50.000 € par emploi en moyenne, soit 6 ans d’un salaire moyen ! Un exemple incroyable a été celui de l’aide à la création d’emploi chez Continental, le fabricant de pneus : 536.000 € par emploi cadre, soit 65 ans d’un salaire moyen !

Ces mesures ont des effets sur les flux de main d’œuvre : comme les cadres sont mieux payés dans les entreprises aidées, il commence à manquer de cadres dans les PME. Par ailleurs, les emplois « aidés » attirent les travailleurs étrangers : les Tchèques payent donc des impôts pour financer des créations d’emplois qui bénéficieront à des Polonais par exemple.

En conclusion les effets d’entraînement sont largement surestimés puisqu’ils n’intègrent pas les coûts fiscaux répartis sur toute l’économie. Pourquoi cette vérité n’émerge-t-elle pas ? C’est que bureaucrates et consultants en font leur beurre.

La compétitivité d’un pays ne repose pas sur les aides à l’investissement mais sur la stabilité politique, le respect du droit, une fiscalité faible, une infrastructure correcte, et sur un bon niveau d’éducation.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...