Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

Le père des néo-classiques

Après la « révolution marginaliste » qui avait pris des allures fort différentes dans les œuvres de Jevons, Walras et Menger, il fallait sans doute le talent pédagogique d’Alfred Marshall pour proposer un schéma d’exposition simple des principes de la science économique.

Lire la suite...
Randy Barnett PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 04 Février 2013 17:34

LES DROITS INTERNATIONAUX PUBLICS ET PRIVES A L'AUNE DU LIBERALISME

Randy Barnett, Professeur de droit à l’Université de Georgetown nous propose de faire le lien entre libéralisme et droit international privé d'un côté et super-étatisation et droit international public d'un autre côté.

Le droit international privé similaire à la lex mercatoria est très libéral. En effet, il se fonde sur la liberté de contrat : deux personnes se basent sur le contrat pour maximiser leurs avantages respectifs. Ils se trouveront chacun dans une meilleure situation s’ils peuvent contracter. Et dans ce processus les frontières n’ont pas d’importance. La mondialisation est justement cette capacité de pouvoir contracter avec qui l’on veut sur la planète. Ce droit est aussi en conflit avec la souveraineté des Etats. La mondialisation et le droit qu’elle génère spontanément érodent justement le pouvoir des Etats. Tout ceci semble donc plutôt être une bonne chose.

Cependant, il existe aussi le droit international public. A mon université de Georgetown aux Etats-Unis les professeurs de droits sont très majoritairement à gauche (102 sur 105 !). Et ils passent leur temps à discuter de droit international public car ils y voient un contrepoids à la mondialisation. Les juristes de gauche n’aiment pas cette idée que la mondialisation puisse contourner la souveraineté des Etats. Le moyen pour eux de réglementer la mondialisation est justement d’avoir recours à un niveau supérieur, celui du droit international public avec la Cour internationale de justice (qui d’une certaine manière n’est pas si mauvaise puisqu’elle permet d’éviter des guerres), la Cour pénale internationale (qui est plus problématique puisque son pouvoir d’invasion est plus large). Pour comprendre la dynamique de ce processus, prenons l’analogie de l’Union européenne. D’un certain côté, la libéralisation des relations économiques entre pays membres est une bonne nouvelle. D’un autre côté cependant, la bureaucratie européenne centralise en même temps le pouvoir et limite les libertés des Européens. De même, le développement du droit international privé est une bonne chose, mais celui du droit international public une menace pour la liberté.

Il y a une solution libérale idéale qui est celle de la concurrence entre Etats, entre juridictions pour contrecarrer le monopole. Mais ce dernier existe toujours dans une certaine mesure, en dépit de la concurrence. La solution tient sans doute en l’existence de systèmes juridiques déterritorialisés en concurrence. Si la mondialisation est assez forte elle pourra sans doute permettre ce type de solution pour contourner les Etats souverains.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...