Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Le fondateur de l’école autrichienne

Carl Menger est souvent associé à Stanley Jevons et Léon Walras comme l’un des piliers de la « révolution marginaliste » qui a fait rupture avec le classicisme anglais de Ricardo et Mill. Il est vrai qu’il cherche, comme ses contemporains, à rendre compte de la rationalité des choix individuels.

Lire la suite...
Michel Kelly Gagnon PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 04 Février 2013 17:50

STRATEGIES DE COMMUNICATION POUR LA MONDIALISATION

Michel KELLY-GAGNON, Président du patronat canadien, propose de présenter la mondialisation sous un jour plus attrayant pour le grand public au cours de la dernière journée de la XXX° Université d'Été (mercredi 29 août). 

Michel Kelly-Gagnon : Stratégies de communication pour la mondialisation

Le modèle social continental européen qui a inspiré de nombreuses sociétés, y compris le Québec, est fondé sur deux éléments : des contributions sociales obligatoires et des réglementations importantes sur le marché du travail. J’ai observé dans mon travail en tant que lobbyiste qu’il est difficile de réformer ces réglementations. Lorsque des impôts sont prélevés pour protéger les travailleurs d’un secteur, ils sont en effet très populaires. Ceci génère évidemment un électorat en faveur de ces réglementations. De plus, particulièrement au Québec, il existe toute une série de « petits impôts » de l’ordre de moins de 1% bien souvent, ce qui les rend « indolores » et rend leur remise en question difficile.

Pour gagner le combat des idées, il faut éviter certains arguments. Présenter la mondialisation comme quelque chose « d’inévitable » est une mauvaise tactique psychologique. Il vaut mieux montrer que la mondialisation est « souhaitable ». De même l’expression de « forces du marché » a ce côté obscur (de la force !), mystérieux et incontrôlable. Il vaut mieux parler de la liberté pour les individus de pouvoir choisir, de pouvoir contracter avec qui ils veulent.

Il faut choisir un vocabulaire qui fasse passer le message des avantages des marchés. Par exemple, il faut expliquer que 80% des prélèvements sur le travail sont payés par les salariés ce qui signifie des salaires nets beaucoup plus bas : cette remarque est très persuasive.

L’analyse des sondages d’opinion est aussi une stratégie à explorer. Et ici, les sondages d’opinion devraient mentionner les gens qui sont syndiqués et ceux qui ne le sont pas. En effet, il est très fréquent que des gens syndiqués pensent le contraire de leurs leaders syndicaux : ceci permet de montrer en quoi les syndicats ne sont pas représentatifs. Enfin il faut changer la mentalité du statu quo et la peur du changement de beaucoup de gens et leur faire comprendre les avantages d’un système plus dynamique qui seul peut générer l’innovation et le progrès.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...