Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Les vraies perspectives de la concurrence PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 01 Septembre 2003 13:59
VINGT SIXIEME UNIVERSITE D'ETE
de la
NOUVELLE ECONOMIE
31 Août - 3 Septembre 2003
Aix-en-Provence
LES VRAIES PERSPECTIVES DE LA CONCURRENCE

Mondialisation, élargissement de l'Europe : après un siècle de protectionnisme et de guerres économiques l'heure de la concurrence a-t-elle enfin sonné ?
Pour certains, ce serait le glas de la justice sociale et de la souveraineté nationale : la concurrence c'est la victoire du fort sur le faible, elle détruit les droits acquis et les valeurs traditionnelles. le moins que l'on puisse faire, c'est de la réglementer, de la contrôler.
Pour d'autres, la concurrence généralisée peut ouvrir une ère de prospérité : les progrès vont se diffuser parce que chacun devra s'aligner sur les plus performants, le consommateur aura le choix, le pouvoir d'achat augmentera grâce à la baisse des prix. Il faut donc libérer la concurrence, non seulement en abaissant les frontières entre nations, mais aussi en brisant les monopoles publics et les réglementations dirigistes.
Le débat sur la concurrence est donc au coeur de l'actualité économique. Mais derrière ce débat, il y a une inetrrogation plus fondamentale : ce siècle sera-t-il celui de l'uniformité, de l'alignement sur un modèle unique, ou celui de la diversité et de la libre coexistence ?
sans doute les hommes sont-ils aujourd'hui amenés à communiquer, à échanger avec une fréquence et une facilité déconcertantes. Mais cela va-t-il creuser des fossés et provoquer des tensions, ou favoriser la convergence et la mutuelle compréhension ? Concurrence-guerre ou concurrence-harmonie ?
On peut alors se demander si la question de la concurrence ne va pas très au-delà des lois du marché, pour se poser dans bien des domaines : concurrence entre les institutions, entre les Etats et leurs politiques, concurrence dans l'éducation, dans les règles morales.
Voilà l'essentiel des thèmes sur lesquels économistes, philosophes, politologues et historiens débattront durant cette vingt-sixième Université d'Eté, en associant à leurs travaux des personnalités du monde politique, économique, religieux, et des étudiants venus de plus de vingt pays différents, eux aussi en quête d'un monde de progrès, de justice et d'harmonie.

 
Allocutions d'ouverture
 
Lundi 1 Septembre 2003 : Les perspectives économiques de la concurrence
   
   
  Première session : Comprendre la concurrence
    Gérald O'Driscoll (U.S.A.)
    Enrico Colombatto (Italie)
    Pascal Salin (France)
   
  Deuxième session : La concurrence fiscale
    Lars Feld (Allemagne)
    Victoria Curzon-Price (Suisse)
    Richard Rahn (U.S.A.)
   
Mardi 2 Septembre 2003 : Les perspectives sociales de la concurrence
   
   
  Troisième session : La loi, processus de découverte
    Tom Palmer (U.S.A.)
    Joseph Pini (France)
    Léonard Liggio (U.S.A.)
   
  Quatrième session : Production de droit et corruption d'Etat
    Mamadou Koulibaly (Côte d'Ivoire) - 1ère Partie
    Mamadou Koulibaly (Côte d'Ivoire) - 2ème Partie
   
 
Mercredi 1 Sep. 2003 : Les perspectives institutionnelles de la concurrence
   
   
  Cinquième session : Etat Providence
    J. Tooley (U.S.A.)
    Nicolas Marques (France) 1ère Partie
    Nicolas Marques (France) 2ème Partie
    Seldom Richman (U.S.A.)
   
  Sixième session : L'éthique de la concurrence
    Rév. Robert Sirico (U.S.A.)
 
 
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1360 du 18 avril 2018

Editorial : Un an après
Actualité
:
L’interview de trop - Des interviews pour rien
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Jean Baptiste Noé, La parenthèse libérale


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...