Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Patrimoine, Epargne, Emploi PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mardi, 01 Septembre 1998 14:10
VINGT ET UNIEME UNIVERSITE D'ETE
de la
NOUVELLE ECONOMIE
7-12 Septembre 1998
Aix-en-Provence
PATRIMOINE
EPARGNE
EMPLOI

Pourquoi les entreprises manquent-elles de moyens financiers pour créer ou développer des activités porteuses d'emplois ? Pourquoi la moitié des actions des sociétés françaises sont-elles aujourd'hui entre les mains des capitaux étrangers ? Est-il injuste de léguer sa fortune à ses enfants, au point d'être pénalisé par des droits de succession aberrants ? Est-il immoral d'épargner et de gérer efficacement cette épargne, au point d'être taxé sur les plus-values, sur les mutations, sur les revenus des sommes placées ? Est-il scandaleux de voir des entrepreneurs mettre des millions dans leurs affaires, au point de les soumettre à un impôt sur les grandes fortunes ?
On peut se poser ces questions en France, mais aussi dans de nombreux pays où des gouvernements dirigistes paralysent paralysent la constitution et l'accumulation du capital.
On voit au contraire les pays à forte capitalisation en mesure d'investir dans le monde entier. Le respect de l'épargne, les fonds de pension, la gestion des patrimoines privés permettent d'alimenter en permanence la croissance des emplois et du produit.
Les attaques menées contre le patrimoine et l'épargne ne sont pas seulement sources de stagnation et de chômage. Elles constituent aussi une atteinte au droit de propriété, au capital humain et aux libertés personnelles et familiales.
Au cours de cette semaine, les participants à l'Université d'Eté feront l'analyse détaillée de ce phénomène de décapitalisation, et débattront des réformes fiscales, juridiques et sociales qui s'imposent dans ce domaine.

PROGRAMME DES JOURNEES
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...