Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

La route de la servitude

En décembre 1943 Hayek écrit à Londres un ouvrage qui porte ce titre. En 1945, ce livre lui vaudra la célébrité :

Lire la suite...
Sécurité sociale et justice sociale PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Vendredi, 01 Septembre 1995 14:15
XVIIIème UNIVERSITE D'ETE
de la
NOUVELLE ECONOMIE
28 Aout - 2 Septembre 1995
Aix-en-Provence
SECURITE SOCIALE ET JUSTICE SOCIALE

La sécurité sociale a été conçue pour aller au-delà des mécanismes classiques de l'assurance : que les riches payent pour les pauvres, les jeunes pour les vieux, les bien portants pour les malades.
Voilà pourquoi le Sécurité Sociale est considérée comme une forme de justice sociale, et les propositions pour la réformer sont jugées iconoclastes.
Cependant, le bilan financier s'alourdit ; déficit des comptes, relais par la fiscalité, diminution des prestations et augmentation des cotisations, inquiétude pour les retraites.
Si, à terme, le système devait exploser, il laisserait sans recours les plus démunis, ceux que l'on entendait justement protéger par priorité.
Le bilan humain n'est guère plus rassurant : les abus, l'irresponsabilité, menacent une population qui s'en remet trop facilement à ses acquis sociaux, sans s'impliquer personnellement. Après l'assistance, c'est l'exclusion.
Il est peut-être temps de s'interroger sur la protection sociale du futur. Si, dans quelque temps, on ne peut plus assumer les coûts financiers et humains de la Sécurité Sociale, que va-t-on faire ? Des solutions existent, elles ont fait leurs preuves à l'étranger mais sont mal connues ici. D'autres formules peuvent être envisagées ; il faut en débattre et un jour prochain les proposer.
Cette étude ne saurait laisser indifférents les professionnels concernés, tant de la santé que de l'assurance, ni les décideurs privés ou publics, ni les intellectuels attachés aux valeurs de la liberté, naturellement associée à la responsabilité et à la solidarité volontaire.

PROGRAMME DES JOURNEES
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1360 du 18 avril 2018

Editorial : Un an après
Actualité
:
L’interview de trop - Des interviews pour rien
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Jean Baptiste Noé, La parenthèse libérale


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...