Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Vidéos PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mercredi, 09 Mai 2012 01:00

La réglementation

 

Les Français sont victimes de l’avalanche de textes illisibles, instables et injustes. La loi a fait place à la réglementation, souvent d’origine européenne. La réglementation est la carte de visite de l’Etat providence. Réduire l’Etat, c’est réduire ses textes, sa bureaucratie et son carcan administratif, social et financier. Au niveau européen la mutuelle reconnaissance des normes doit nous dispenser d’un droit européen.

 

 


 

Le referendum d'initiative populaire

 

Deux tiers des Français doutent de la classe politique. Le mode de scrutin et les partis sont en cause. Il faut « redonner la parole au peuple », mais avec de vrais referendums, à l’initiative des électeurs. Aux Etats-Unis, en Suisse, en Italie, les assemblées et le gouvernement sont sous contrôle permanent : çà c’est de la démocratie !

 

 


 

Le logement

 

La crise du logement s’amplifie, et les dirigeants misent toujours sur le « logement social », alors qu’il est la cause de la pénurie. Les terrains et les investissements mis à la disposition du public empêchent le marché de l’immobilier locatif de se développer, alors qu’il s’adapte mieux aux besoins, y compris des plus démunis. Supprimer la loi SRU, libérer le foncier et le crédit immobilier : plus de crise !

 

 


 

Le compte personnel d'épargne retraite

 

De moins en moins de cotisants, de plus en plus de retraités vivant plus longtemps : les retraites par répartition ne vont pas tarder à exploser. Plutôt que de bricoler l’âge de la retraite il est urgent de passer à la capitalisation, qui fructifie les cotisations. Les retraités et les plus âgés n’y perdront rien, et les jeunes pourront se libérer du piège actuel. Des comptes personnels d’épargne permettent une retraite au choix.

 

 


 

Le salaire complet

 

Les salariés français ignorent ce que leur coûte la Sécurité Sociale, ils restent donc attachés à un système coûteux et inefficace. Qu’on leur verse donc le salaire qui représente la valeur de ce que le client (à travers l’entreprise) a payé pour les rémunérer. Ce salaire « complet » représente en moyenne deux fois le salaire net, La sécu fait perdre 250.000 euros à un smicard tout au long de sa carrière.

 

 


 

L'équité fiscale

 

Les Français sont les plus taxés d’Europe, et non seulement les impôts pénalisent les contribuables les plus dynamiques, mais ils frappent aussi les gens les plus modestes, qui ne s’en rendent même pas compte. Une fiscalité équitable est proportionnelle, simple et stable. On l’obtient avec l’impôt à taux unique : un même taux pour tous, pour tout, et pour toujours. 27 pays l’ont adoptée, et s’en trouvent bien.

 

 


 

Les bons scolaires

 

La faillite scolaire est totale, pour l’éducation comme pour les connaissances Pourtant l’enseignement ne manque ni de moyens ni d’effectifs (1 fonctionnaire pour 14 élèves). Seule la concurrence peut restaurer la qualité et la motivation des maîtres, et pour ce faire il faut donner aux familles le libre choix des établissements. Les familles qui ne peuvent assurer financièrement ce choix reçoivent des bons scolaires.

 

 

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...