Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
ISRAEL KIRZNER (1930- ) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 01 Juillet 2011 01:00

L’économie est déséquilibre

Figure emblématique de l’école « autrichienne », ce professeur à l’Université de New York a développé l’idée de son maître Mises : l’économie est déséquilibre.

Alors que tous les néo-classiques se sont épuisés (en vain) à expliquer comment naissait l’équilibre économique, et la plupart du temps l’équilibre macro-économique, Kirzner part du principe que, tout comme la vie, l’économie est déséquilibre. L’action humaine est évolution permanente, parce que les agents économiques acquièrent sans cesse de nouvelles informations, puisées de l’expérience. Chaque personne a sa propre histoire, et la mène à sa façon. Cette subjectivité, cette incertitude radicale et permanente, interdisent la construction intellectuelle d’une situation particulière appelée « équilibre ».

La concurrence, processus de découverte

Kirzner propose donc une vision du marché tout à fait différente de ce que l’on peut percevoir à travers le prisme déformant d’une analyse statique de l’offre et de la demande. Le marché est une recherche permanente d’un meilleur ajustement entre des décisions prises par des milliers de personnes ayant des besoins et des moyens différents.

Dans ce processus de découverte, la concurrence joue un rôle déterminant. Kirzner rejette la conception classique et statique qui définit un marché concurrentiel comme celui où il y a un grand nombre d’opérateurs, de faible taille, vendant un produit identique, et où des personnes parfaitement informées sont libres d’entrée et de sortir .Un tel marché a-t-il jamais existé ? Pour Kirzner la concurrence s’entend du libre échange et de la libre entreprise, sans entrave ni soutien. Peu importent le nombre, la taille ou l’information des opérateurs. La concurrence, comme son nom l’indique, est une course, une compétition, où chacun s’efforce d’être « meilleur » que les autres. Etre meilleur, c’est mieux satisfaire les besoins. La concurrence sollicite l’innovation, la création, elle soumet le producteur aux désirs des consommateurs.

L’entrepreneur kirznérien : nous sommes tous entrepreneurs

Schumpeter faisait de l’entrepreneur un surhomme appartenant à une classe sociale d’élites, et capable d’assumer des risques hors du commun. Pour Kirzner l’entrepreneur c’est celui qui pressent qu’un déséquilibre actuel pourrait être éliminé par une initiative qui sera appréciée au point de rapporter des profits. D’où vient cette antériorité d’information ? De sa vigilance, qui attire son attention sur ce que ne voient pas les autres. Ainsi prend-il des initiatives bien moins risquées, il n’est pas « preneur de risques », mais « réducteur » de risques.

Donc, n’importe quelle personne disposant d’une information qui le conduit à une initiative est un entrepreneur. La découverte mise en œuvre par l’entrepreneur lui rapportera un profit. Le profit n’est pas la rémunération du risque pris, mais une récompense pour avoir compris ce dont la communauté avait besoin. C’est le meilleur service de la communauté qui fait le succès de l’entrepreneur. Sa découverte mérite récompense, elle permet de redistribuer en permanence les efforts et les ressources productives pour se rapprocher d’une meilleure affectation. Des gaspillages sont évités, de nouvelles satisfactions apparaissent.

Le capitalisme est efficace parce qu’il est juste

Kirzner ne s’attarde pas au concept de justice sociale. Pour lui il existe une justice simple, qui est la reconnaissance des droits de propriété sur l’entreprise et le profit. Celui qui trouve garde (théorie du « finder keeper »). Dans le système capitaliste, celui qui crée et apporte quelque chose aux autres garde pour lui le supplément de valeur qu’il a dégagé. Il ne vole personne, puisque avant son intervention cette valeur n’existait pas. Mais ainsi les individus sont-ils encouragés à découvrir sans cesse, à créer des satisfactions nouvelles, sachant qu’ils en garderont la propriété. Ce n’est pas possible dans les régimes socialistes, où le profit est confisqué, l’innovation collectivisée, et la propriété ignorée ou limitée : voilà pourquoi de tels régimes sont inefficaces. On dit parfois que le capitalisme est juste parce qu’il est efficace : la croissance étant plus forte (efficacité) toute la population peut en profiter (justice). Kirzner nous dit à l’inverse que ce qui fait que le capitalisme est efficace, c’est qu’il est juste. A chacun ses mérites, récompensons ceux qui rendent service aux autres.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...