Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

La route de la servitude

En décembre 1943 Hayek écrit à Londres un ouvrage qui porte ce titre. En 1945, ce livre lui vaudra la célébrité :

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
BALANCE DES PAIEMENTS

Document retraçant l'ensemble des mouvements de capitaux entre un pays et l'extérieur, au cours d'une période donnée (mensuelle en principe). Au-delà des capitaux liés aux mouvements de marchandises (exportations-importations) ou de services, il faut tenir compte des autres mouvements de capitaux, soit sans contrepartie (dons), soit liés à des opérations d'investissement (long terme), soit enfin à moyen et court terme. Ainsi pendant longtemps a-t-on considéré la Balance des Paiements comme une « régularisation » de la Balance Commerciale : un pays doit de l’argent aux autres parce qu’il a importé davantage qu’il n’a exporté. Cette analyse a été totalement revue par Robert MUNDELL (Prix Nobel d’Economie 1999) avec son « approche monétaire de la Balance des Paiements ». Ce qui serait important dans cette optique serait l’offre et la demande respectives de liquidités monétaires. Il y a des devises plus recherchées que les autres. Un pays à forte devise peut donc se permettre d’acheter ce qu’il veut à l’étranger, toujours prêt à lui vendre pour accumuler cette « bonne » devise. Cela a été périodiquement le cas des Etats Unis, et durablement celui de l’Allemagne Fédérale avant 1989. Mais n’a pas une forte devise qui veut : si les gens recherchent des liquidités en dollar ou en deutshmark c’est parce que ces monnaies ont été bien gérées et gardent leur pouvoir d’achat international. Robert MUNDELL en concluait ainsi à la nécessité d’une stabilité monétaire, capable de faciliter le dynamisme international du pays considéré.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres