Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise !

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
BASE MONETAIRE

La base monétaire ou monnaie de base constitue la forme ultime de monnaie dans laquelle les autres formes sont convertibles: dans un système de billets convertibles en or, c'est l'or qui constitue la monnaie de base. Dans les systèmes actuels (billets/monnaie scripturale), la monnaie de base est essentiellement constituée de billets de banque. De manière plus précise, ce que l'on appelle aujourd'hui monnaie de base regroupe l'ensemble des formes monétaires émises par la Banque Centrale (d'où son autre nom de "monnaie banque centrale") c'est-à-dire les billets et les dépôts auprès de la banque centrale (qui équivalent à des billets, qui peuvent immédiatement être transformés en billets), c'est-à-dire essentiellement les réserves obligatoires des banques. Cette monnaie est appelée monnaie de base, car elle constitue le fondement de la création monétaire : c'est parce qu'elles ont de la monnaie de base que les banques de second rang peuvent accorder des crédits (les dépôts font les prêts), qui, à leur tour donneront de nouveaux dépôts (les prêts font les dépôts), entamant ainsi un véritable processus multiplicateur: la monnaie scripturale créée par les banques de second rang sera un multiple de la quantité de monnaie de base. Comme la valeur du multiplicateur est assez stable, il suffit de contrôler la quantité de monnaie de base pour contrôler l'ensemble de la masse monétaire. Or, cette monnaie de base est créée à 3 occasions : achats d'or et devises (qui dépendent essentiellement du système de change flottant ou fixe), créances sur le trésor (fonction des déficits budgétaires et de leur mode de financement) et enfin crédits à l'économie (opérations de refinancement), accordés par la Banque Centrale aux banques de second rang. Par diverses techniques (open market, réescompte) la Banque Centrale a les moyens de contrôler cette source de création de monnaie de base et, par là, toute la monnaie de base elle-même. Ainsi, le contrôle de la base monétaire est l'instrument privilégié d'un contrôle de la masse monétaire elle-même

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres