Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

La crise est inéluctable

A la différence d’Adam Smith et Turgot qui pensaient que l’activité économique apporte le progrès en permanence, grâce à des adaptations permanentes voulues par le marché, Malthus estime que la crise est inéluctable dans un pays industrialisé.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
ECONOMIE DIRIGEE

Déformation progressive de l'économie de marché caractérisée par une intervention de plus en plus intense de l'Etat dans l'activité économique.L'économie dirigée s'est considérablement développée à partir de la crise de 1929 et surtout après la deuxième guerre mondiale. Cette nouvelle orientation est due, en particulier, à l'influence des idées de l'économiste anglais J.M. KEYNES sur un grand nombre d'intellectuels et d'hommes politiques. On peut mesurer le poids de cette interventionnisme étatique, par exemple par l'importance des prélèvements obligatoires dans les pays occidentaux (en France le total des impôts et cotisations sociales atteint 56 % du revenu national), mais aussi par la manipulation à court terme de la conjoncture économique (politiques de relance ou de freinage par la monnaie ou le budget) et par l'intervention de plus en plus forte de l'Etat à l'intérieur même des mécanismes économiques (blocage des prix, blocage des revenus). Le succès de ce courant de pensée s'est longtemps expliqué par une convergence entre ceux qui y voyaient un premier pas vers une intervention généralisée de l'Etat et une économie planifiée centralisée et ceux qui, favorables à l'économie de marché, voyaient dans le dirigisme une façon de sauvegarder l'essentiel en cédant sur ce qui paraissait accessoire. Cette "complicité" n'existe plus autant depuis quelques années et on commence à assister à un reflux de l'économie dirigée. En effet, ceux qui veulent conserver une économie de marché s'aperçoivent que le dirigisme n'en est qu'une caricature et que l'interventionnisme n'a fait qu'accentuer les déséquilibres économiques, tout en diminuant l'efficacité du système économique. L'économie dirigée prend aujourd'hui une forme atténuée: la société d'économie mixte. C'est toujours une recherche de compromis entre marché et Etat, mais au lieu que l'Etat dirige le marché, il y a coexistence de deux sphères de l'économie, celle de l'Etat et celle du marché. Dans la pratique les résultats sont tout aussi décevants et la liberté tout autant menacée.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres