Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

L’échange base de la richesse des nations

C’est le message essentiel de celui qui est considéré (avec Turgot) comme le père de la science économique.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
KRACH

Effondrement des cours sur les marchés financiers. Le plus célèbre krach est celui de Wall Street, en 1929, mais le mot est revenu à la mode, notamment à l'occasion de la baisse rapide des cours en octobre 1987. Le krach est souvent présenté comme un phénomène imprévisible, résultant essentiellement de mouvements spéculatifs. En ce sens, il serait un dérèglement du marché et la plupart des observateurs en imputent la responsabilité à un excès de marché, à des opérations financières trop détachées des réalités et à une spéculation irresponsable et déstabilisatrice. L'analyse des faits montre que rien de ceci ne correspond à la réalité. La spéculation n'est pas déstabilisatrice, mais elle joue au contraire un rôle régulateur, comme on le voit notamment sur les marchés à terme. Les mouvements spéculatifs ne sont que des anticipations des agents économiques à partir des informations dont ils disposent.

Le seul point exact concerne le fait qu'un krach n'a pas de date prévisible; mais sa venue est inévitable, non en raison d'un dérèglement du marché, mais d'un excès d'interventions étatiques: liquidités trop abondantes en raison des politiques irresponsables des banques centrales ; interventionnisme étatique généralisée, soit pour manipuler les taux d'intérêt, soit sur les taux de change : ces faux prix donnent de fausses indications et multiplient les occasions de crises artificielles. Si les marchés étaient moins manipulés, les krachs seraient moins fréquents et moins importants.

Ceci étant, les variations de cours, comme les variations des prix en général, sont indispensables au bon fonctionnement du marché ; L'incertitude est permanente, surtout sur les marchés financiers ; les anticipations se font à partir des informations disponibles, qui peuvent à l'usage se révéler fausses ; les cours peuvent ainsi avoir besoin d'être corrigés en un sens plus réaliste à long terme, et ces mouvements sont totalement justifiés. Il n'y a pas de marché sans incertitude et si la bourse permettait de gagner à chaque opération, elle disparaîtrait. Les krachs, lorsqu'ils ne sont pas artificiellement provoqués par les manipulations étatiques, rappelent opportuné ment qu'intervenir en bourse comporte un risque qui peut entraîner des gains ou des pertes.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres