Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Les sentiments, bases de la société

Charles Fourier a inspiré Proudhon, mais Marx l’a méprisé. Marx l’économiste rejettera avec violence les « utopies » des Français, construites en ignorance totale des lois de l’économie. Il est vrai que Fourier part du principe qu’une société ne peut être harmonieuse que si elle rencontre les sentiments des individus.

 

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
VICTOIRE DE BUSH, VICTOIRE DE LA DESINFORMATION PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Jeudi, 18 Novembre 2004 01:00

Nous ne voulons pas dire par là que BUSH a triomphé parce qu’il a su tromper les électeurs avec le soutien des médias américains. Ceux-ci lui ont été dans l’ensemble très défavorables, jusques et y compris la fameuse chaîne CNN tant haïe des Français.

 

Non : nous voulons dire qu’à l’occasion de ces élections le record de la désinformation a été battu par les médias français et, bien sûr, par les chaînes et les radios publiques. Cela a été spectaculaire avant, pendant et après le 3 novembre.

Avant les élections, on a eu droit à un tel matraquage qu’il ne faisait aucun doute dans l’esprit du Français moyen que Kerry allait être élu –une nouvelle bien joyeuse pour 75% des Français. Evidemment personne n’avait prêté attention aux prévisions données par plusieurs instituts américains (y compris par l’extraordinaire Université d’Iowa qui avait organisé un vote électronique payant, une méthode bien supérieure à tous les sondages pratiqués jusqu’alors) ni aux analyses de ceux qui connaissent l’Amérique profonde, comme Guy MILLIERE avec son « Pourquoi Bush sera réélu » (éditions Michalon, septembre 2004), un ouvrage qui aide d’ailleurs à comprendre ce qui va se passer maintenant aux Etats Unis.

Pendant les élections, c’était à en rire, pour ne pas en pleurer. La « nuit électorale » a été la grande nuit de la manipulation et du mensonge. Evidemment seuls les Américains partisans de KERRY ont été interrogés, et pouvaient donner le coup de pied de l’âne à BUSH. Il ne faisait aucun doute, deux heures après les premiers résultats, qu’on allait assister à un triomphe des Démocrates. Quand l’Ohio est tombé dans l’escarcelle de BUSH, on a commencé par ignorer : au moment précis où les chaînes américaines donnaient 269 votes à BUSH (il en fallait 270 pour être vainqueur) contre 242 à KERRY, les médias Français continuaient à croire à « leur » victoire. Plus tard dans la nuit, alors qu’à Boston les supporters démocrates quittaient le QG de Kerry, et que le candidat démocrate renonçait à y venir pour consoler ses partisans, à Paris on continuait à y croire, et on faisait grand cas de la différence « étroite » en Ohio, qui était de 240.000 voix : en effet, une faible marge ! Bref, il a fallu se résoudre à dire la vérité, avec quelque dix heures de retard, on a attendu le coup de fil de KERRY à BUSH…

Après les élections, on n’a pas manqué de commentaires plus sectaires et mensongers les uns que les autres. D’abord ces Américains sont des fanatiques, ils n’ont voté pour BUSH que parce qu’ils sont contre l’avortement et le mariage des homosexuels : de quoi ridiculiser ces électeurs aux yeux d’un pays évolué comme le nôtre, qui s’enorgueillit d’avoir légalisé l’avortement, d’avoir inventé le PACS, et de s’interroger sur l’adoption par les ménages pacsés. Ensuite ces Américains sont des impérialistes, ils veulent absolument continuer une guerre injuste qui a fait 200.000 morts déjà (le chiffre exact est autour de 8.000). Enfin ces Américains ne connaissent même pas la situation de leur économie, où la création d’emplois a cessé (250.000 depuis le début de l’année), où le déficit budgétaire est abyssal (il représente moins de 3% du PIB alors que nous nous fixons cet objectif sans l’atteindre depuis trois ans), où la croissance est à bout de souffle (elle a repris au rythme de 4% alors que nous aurons du mal à atteindre les 2%). Conséquences immédiates de la victoire de BUSH d’après nos médias : déchaînement des forces armées à Ramallah, chute du dollar organisée pour pénaliser les Européens, division inévitable du peuple américain (certains, comme Le Monde, n’ont-ils pas sérieusement posé le problème d’une nouvelle Sécession ?). Un vrai bonheur…

Ceux qui, à juste titre, refusent la désinformation et veulent ouvrir leurs proches aux réalités du monde extérieur, peuvent se lancer dans une campagne d’abonnement à la Nouvelle Lettre, et conseiller la visite du site www.libres.org.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres