BLAIR CONTRE LA LUTTE DES CLASSES Imprimer
Écrit par La rédaction   
Jeudi, 28 Octobre 2004 01:00

Heureux Anglais. Non seulement leurs conservateurs sont dans leur majorité de vrais libéraux, comme l’a montré pendant des années la politique de Madame THATCHER, mais encore leurs adversaires travaillistes ont depuis longtemps abandonné le marxisme pour une forme de social-démocratie bien libérale.

 

Tony BLAIR, prépare déjà les prochaines législatives et il va bientôt détailler un programme autour du thème de « l’opportunity society ». C'est-à-dire une société où chacun a sa chance. Commentaire du Figaro : pour Tony BLAIR, « il y a beaucoup mieux que l’assistance fournie par l’Etat-Providence aux défavorisés, aux démunis et aux recalés de l’existence ».

Ce que réclame BLAIR ? C’est de renouer avec « la mobilité sociale qui a prévalu durant des décennies après la guerre » : ce que MADELIN appelle l’ascenseur social. Bref, « c’est à l’aune de l’extinction du système de classes que se déroulera son troisième mandat à Downing Street, s’il est réélu ». « Le contrat entre le citoyen et l’Etat doit être modifié » a déclaré Tony BLAIR.

Ce changement doit permettre de passer  « de l’allégement de la pauvreté et de la mise à disposition de services de base à un système offrant des services  de haute qualité et l’occasion pour chacun d’accomplir son potentiel ».

Rien de révolutionnaire ? Certes. Mais un discours peu marxiste, on en conviendra. Il faudrait sans doute demander aux socialistes français d’aller faire un stage chez Tony BLAIR. Et même à la droite gouvernementale française : elle aussi pourrait y apprendre beaucoup de choses et découvrir que, même pour des travaillistes, il est possible de ne pas tout attendre de l’Etat. Oui, heureux Anglais.