Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

L’économie mathématique

Les études d’ingénieur de Léon Walras l’ont conduit à rêver d’une science économique qui serait plus rigoureuse, parce qu’elle utiliserait un langage mathématique. Comme Jevons, Walras utilise le principe du « calcul à la marge » pour expliquer la logique des choix individuels.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Erreur
  • JDispatcher::register: Event handler not recognized.
La France ne tiendra pas ses engagements européens PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 06 Juin 2012 01:00

C’est l’opinion et l’avertissement de la Commission Européenne

Mercredi le rapport de la Commission Européenne a été plutôt sévère à l’égard des « pays du Sud », y compris la France. La promesse de réduire les déficits budgétaires ne semble pas devoir être tenue, compte tenu des prévisions de croissance économique d’une part, et de l’évolution des dépenses publiques d’autre part.

Le calendrier sur lequel la France s’est engagée vis-à-vis de l’Union est la limitation du déficit à 3 % en 2013, et le retour à l’équilibre en 2016. L’affaire est mal partie aux yeux de la Commission : si le déficit s’est situé à 4,4 % pour 2011, il sera vraisemblablement de 4,5 % en 2012, et à 4,2 % en 2103 dans la meilleure des hypothèses de croissance. Or, celle-ci ne serait pas supérieure à 0,5 % en 2012 alors que le budget est bâti sur un chiffre révisé autour de 1,2 %. En 2013 la croissance pourrait être autour de 1,3 % (si la conjoncture européenne ne se dégrade pas). La Commission souligne deux causes principales de la situation française : sa perte de compétitivité (c’est, avec la Grèce, le pays dont la compétitivité a le plus diminué et nos exportations sont en baisse de près de 20 % en cinq ans), et le niveau très élevé des dépenses publiques.

Sur ce dernier point, le pessimisme de la Commission rejoint celui de la Cour des Comptes, qui vient de remettre son rapport pour 2011. Tout en admettant qu’il a été fait « un effort méritoire qui n’a guère de précédent », la Cour relève le dérapage de la masse salariale et des retraites de la fonction publique, et les dépenses d’intervention. Sage conseil du Président Didier Migaud : « Il faut agir davantage sur les dépenses que sur les recettes, compte tenu de notre niveau de prélèvements obligatoires ».

On voit mal comment le nouveau pouvoir va agir sur les dépenses, sinon pour les augmenter. De la sorte, la France va s’enfoncer un peu plus dans les déficits et la dette. La Commission de Bruxelles demande « un effort supplémentaire » : « Il est nécessaire que la hausse de la dépense publique reste inférieure à celle de la croissance prévue », a conclu Jose Manuel Barroso. En tous cas, la perspective de renégocier le pacte budgétaire européen : la promesse de François Hollande est déjà caduque. Il est vrai que l’on peut reconduire le pacte quand on prend la bonne habitude de ne pas le respecter. Mais Bruxelles ne semble pas dupe…

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres