Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

L’économie est déséquilibre

Figure emblématique de l’école « autrichienne », ce professeur à l’Université de New York a développé l’idée de son maître Mises : l’économie est déséquilibre.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Erreur
  • JDispatcher::register: Event handler not recognized.
La SNCF se remet sur ses rails PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 14 Novembre 2012 00:00

RFF avait été séparé de la SNCF. Les cheminots obtiennent le retour à la fusion

S’il est une corporation qui a toute la sympathie du peuple, c’est celle des cheminots. Sous l’impulsion de la CGT et Sud Rail, elle dispose d’un moyen de pression sans égal : les grèves, surtout au moment des grandes migrations de l’été et des fêtes. Dans les défilés qui les accompagnent, drapeaux rouges déployés, les cheminots ne cessent depuis des années de clamer leur revendication prioritaire : revenir sur la séparation de 1997 entre Réseau Ferré de France (RFF), qui gère les voies et les infrastructures, et la SNCF, qui est le transporteur.

L’origine de cette séparation est double. D’une part, l’état du rail français est catastrophique car, depuis des décennies SNCF n’a rien fait pour entretenir ses équipements, l’argent allant vers la masse salariale plutôt que vers l’investissement. Remettre les installations en état représentait un investissement considérable, à ajouter à la dette accumulée par la SNCF. On a donc évacué les dettes de la SNCF (20 milliards) en les déchargeant sur RFF. D’autre part, RFF devait commercialiser l’usage de ses rails en y faisant circuler des transporteurs étrangers, tant pour les marchandises que, depuis l’an dernier, pour les voyageurs : voilà une concurrence qui n’était guère dans la logique du « service public ».

Pour éviter ce déraillement dangereux, il fallait refondre les deux entreprises en une seule, plus facile à « contrôler » par les forces démocratiques syndicales. Depuis le 20 octobre c’est chose faite. Reste à savoir où trouver 32 milliards… Contribuable ? Voyageur ? Expéditeur ? De plus, Bruxelles n’a pas encore dit son mot : cette fusion est illégale.

 
More Articles :

» Du commerce international au libre-échange mondial

La « guerre commerciale » fait craindre un recul du libre échange mondial. C’est ce que l’on pense en général après les initiatives de Donald Trump et les réactions des partenaires commerciaux des Etats Unis.  

» Quand une discrimination en chasse une autre

C’est aujourd’hui la journée mondiale de la femme. On dénombre actuellement 466 journées mondiales dont 119 ont été officiellement décrétées par l’ONU. En 2018, le calendrier a commencé le 1er janvier avec la journée mondiale de la...

» Cheminots et paysans : quelle réforme ?

On ne parle plus ces jours-ci que de la SNCF et du Salon de l’Agriculture. Il y a deux points communs à ces sujets : d’une part, cheminots et paysans sont en colère ; d’autre part, il est évident qu’il y a urgence et risque de...

» L’Ecole de la République

Il faudrait en finir avec le mythe de l’Ecole de la République et penser sérieusement à l’Ecole des Parents. Le rapport de la Cour des Comptes publié la semaine dernière met en accusation l’Education Nationale et l’incurie dans sa...

» Musique et paroles

La musique était harmonieuse, les paroles n’avaient aucun sens.  

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres