Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

Le père des néo-classiques

Après la « révolution marginaliste » qui avait pris des allures fort différentes dans les œuvres de Jevons, Walras et Menger, il fallait sans doute le talent pédagogique d’Alfred Marshall pour proposer un schéma d’exposition simple des principes de la science économique.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2012

Peut-on parler de « moralisation » du marché ?
Vous trouverez la(les) réponse(s) à cette question (et à bien d’autres sur le même thème) dans Ethique et économie de marché (Actes du 18e colloque d’éthique économique organisé à Aix-en-Provence (juin 2011).
PDF Imprimer
Couverture du livre Peut-on parler de « moralisation » du marché ?
Catégorie: Année 2012
Editeur: Ed. Librairie de l'Université d'Aix en Provence
Année: 2012
Visites: 7952
Avis des utilisateurs:  / 7
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

L’ouvrage regroupe les interventions du colloque d’éthique économique qui s’est tenu à Aix en juin 2011. Publié sous la direction du Professeur Jean-Yves Naudet, c’est le 22ème livre dans cette collection du Centre de Recherches en Ethique Economique et des Affaires et déontologie professionnelle. Philosophes, économistes, juristes, politologues répondent à des questions certes anciennes mais plus actuelles que jamais.

Parmi ces questions : Peut-on dire qu’une rémunération soit « immorale » ? La richesse est-elle la conséquence de l’égoïsme ? Le marché suffit-il pour assurer des comportements moraux ? En quoi les règles de droit « corrigeraient » les défaillances de l’économie ?

Le lecteur ne doit pas s’attendre à trouver des réponses politiquement correctes de la part des auteurs (Jean-François Matteï, Pierre Coulange, Serge Schweitzer, Jean-Marc Chouraqui, Isabelle Chapellière, Alain Wolfsperger, Thierry Granier, Didier Poracchia, Marc Pouzet, Jean-Pierre Centi…). Il puisera dans ces textes des arguments scientifiques et profonds à des questions d’actualité, qui sont plutôt à contre-courant. Dans presque tous les médias, les journalistes (et leurs invités) posent régulièrement la question de la « moralisation du capitalisme ». On peut leur rétorquer en demandant d’abord la « moralisation de l’Etat et des pouvoirs publics ». Est-il « moral » de la part de l’Etat français d’augmenter la fiscalité jusqu’à des niveaux confiscatoires ? Il est quand même incroyable de constater que ceux qui demandent cette moralisation du système capitaliste, ne sont pas vraiment des exemples de probité morale et font partie de ceux qui ont justement dévoyé le marché. De plus, et Jean-Yves Naudet a raison de le souligner, peut-on « moraliser un système ou une institution (l’entreprise) » ? Il y a le risque de tomber dans l’approche marxiste qui rend l’individu dépendant des structures sociales et économiques. On peut, par contre, parler de moralisation des chefs d’entreprise, des entrepreneurs et des autres « acteurs » économiques.

Il existe, bien sûr, des rémunérations « immorales » de certains dirigeants d’entreprise ou des traders. Mais, là aussi, il y a un contrat qui leur a promis d’être rémunéré en fonction de leurs résultats. Peut-on dire qu’un contrat n’est pas « moral » ? Par ailleurs, contrairement aux idées reçues, les traders ne sont pas les plus nombreux parmi les classements des plus riches. Dans le Forbes, ils ne représentent que 14 % des 500 Américains les plus riches.

Certains auteurs rappellent la « vertu d’égoïsme » (Mandeville et Adam Smith l’avaient fait dans leur temps) et le fait que l’envie de s’enrichir et de faire du profit ne saurait être condamnable. La création des richesses dans une économie de marché est la résultante de deux facteurs principaux : la prise de risque et l’envie de réussir (et/ou de s’enrichir). Ces facteurs, sont-ils « immoraux » ?

Par ces temps d’idéologie gauchisante et de pensée unique, cet ouvrage apporte une bouffée d’oxygène et fournit des armes pour convaincre ceux qui doutent encore des bienfaits moraux et des exigences morales de l’économie de marché.

Date d'insertion: Vendredi, 05 Octobre 2012 11:55

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres