Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

La modernité de Bastiat

Les tout derniers développements de la science économique se trouvent entières dans l’œuvre de Bastiat : il a été précurseur de l’école du « public choice » (Buchanan), de l’analyse des institutions (Hayek), de la théorie des droits de propriété (Alchian, Demsetz).

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2012

L’Amérique et ses présidents
A quelques jours des élections américaines, il est bien de connaître l’histoire et les dessous de cet événement suivi par le monde entier. Cet ouvrage est un excellent outil pédagogique pour connaître cette élection.
PDF Imprimer
Couverture du livre L’Amérique et ses présidents
Catégorie: Année 2012
Editeur: Tallandier
Année: 2012
Visites: 6227
Avis des utilisateurs:  / 1
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

Dans L’obsession antiaméricaine, Jean-François Revel dénonçait, entre autres, les fantasmes que nourrissent les Français à l’égard de cette élection et des pouvoirs qu’elle confère à l’élu. Non, le Président américain n’est pas un « superpuissant » comme dirait l’ancien ministre Hubert Védrine. Au contraire, c’est un élu qui est obligé de collaborer avec le Congrès, qui est contrôlé et surveillé dans ses moindres gestes, qui ne peut pas prendre des décisions importantes sans l’accord des autres pouvoirs (Cour Suprême, les autres Etats…). Tout le contraire de la présidence française qui n’a de comptes à rendre à personne. Depuis les « caucus » jusqu’à l’élection du premier mardi du mois de novembre, le futur président est obligé de passer par les « primaires », le « super Tuesday » et les « grands électeurs ».

André Kaspi et Hélène Harter, tous les deux universitaires, font un état des lieux pédagogique de cette élection. Cela fait 225 ans que cette élection existe. Entre le 4 juillet 1776, lorsque les colons américains ont déclaré leur indépendance de la métropole britannique, jusqu’à l’élection de George Washington, le 14 avril 1789, les délégués des Etats s’affrontent sur la signification et les vrais pouvoirs du futur Président. Grâce aux notes prises par James Madison, nous connaissons la teneur des débats des Pères fondateurs. Ce qui est très intéressant c’est la méfiance – déjà – à l’égard d’un exécutif trop fort qui échapperait au contrôle démocratique. Mais dès le début, ce pouvoir est strictement encadré. Par la durée - 4 ans -, par la désignation, les grands électeurs et par la fonction du vice-président qui peut se substituer au président en cas de problème majeur. La maturité démocratique des Pères fondateurs est étonnante. A une époque où l’on pratiquait encore l’esclavage et où les femmes étaient éloignées des hautes fonctions, ils sont tout à fait conscients des dangers d’un pouvoir exécutif excessif. D’ailleurs, la Constitution ne mentionne le Président que dans son deuxième article, le premier étant consacré au Congrès. Un quart du texte constitutionnel est consacré au Congrès contre à peine 5 % au Président. C’est bien le législatif qui dispose de l’essentiel des pouvoirs : faire les lois, taxer, s’occuper du commerce extérieur, déclarer la guerre, etc.

Bien entendu, tous les présidents américains n’ont pas marqué l’Histoire. Après George Washington et Thomas Jefferson ont succédé des présidents qui ont laissé moins d’empreintes aussi parce que le Congrès a voulu s’affirmer beaucoup plus. Par la suite, il y a eu Lincoln et, plus proches de nous, parmi les plus connus, Roosevelt et Truman qui marque les débuts de la guerre froide. Les auteurs ont raisons lorsqu’ils écrivent qu’il est difficile de classer les présidents. On a connu des Démocrates comme Kennedy et Clinton en tant que réformateurs de l’économie et aussi des Républicains comme Bush père qui ont préféré augmenter les impôts et étouffer l’économie. Avec la mondialisation, le Président des Etats Unis n’est plus ce qu’il était ? C’est en partie vrai. D’autres pouvoirs économiques ont émergé mais l’Amérique et son Président restent encore les baromètres du monde des débuts des années 2000. Il suffit de voir ce que représenterait la défaite d’un Obama et l’élection d’un Romney réformateur.

Date d'insertion: Vendredi, 26 Octobre 2012 11:35

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres