Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Un nouveau monde de science et d’industrie

Saint Simon « le dernier des gentilshommes et le premier des socialistes » (se définissait-il modestement) partage l’idée d’Auguste Comte : avec le XIXème siècle le monde est entré dans une ère scientifique.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2013

Quelle réponse éthique à la crise ? Modèle mutualiste et coopératif et/ou modèle actionnarial ?
L’ouvrage – le 26ème publié par le Centre de Recherches en Ethique Economique et des Affaires et Déontologie professionnelle reprend le compte-rendu du 19ème colloque d’éthique économique organisé à Aix-en-Provence les 21 et 22 juin 2012.
PDF Imprimer
Couverture du livre Quelle réponse éthique à la crise ? Modèle mutualiste et coopératif et/ou modèle actionnarial ?
Catégorie: Année 2013
Editeur: Presses universitaires d'Aix-Marseille
Année: 2013
Visites: 6454
Avis des utilisateurs:  / 1
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

Concernant la crise économique tout (ou presque) a été dit et écrit. Mais on n’a pas suffisamment insisté par exemple sur les pays qui n’ont pas été affectés par la crise. Pourquoi les économies des pays comme le Canada, l’Allemagne, la Suède, les Pays-Bas, l’Autriche, le Chili, la Pologne ou bien l’Australie n’ont pas connu les mêmes déboires que d’autres ? S’agit-il d’une simple « coïncidence » ou bien d’une série de facteurs qui sont intervenus comme les conséquences des réformes réalisées dans le passé, la bonne gestion des finances de l’Etat, la bonne gouvernance des banques ? C’est une façon de s’interroger sur le modèle qui a le mieux résisté à la crise. C’est l’une des questions qui est posée dans cet ouvrage coordonné par Jean-Yves Naudet. Entre l’entreprise coopérative et l’entreprise actionnariale ou entre la banque actionnariale et la banque mutualiste, laquelle s’est le mieux tirée d’affaire ?

Difficile de donner une réponse exacte. Des banques « familiales » ou mutualistes ont très bien résisté alors que des entreprises appartenant à des familles anciennes ont été obligées de mettre la clef sous la porte ou de se faire racheter par des actionnaires étrangers. Au-delà de cette incertitude, il est très utile de connaître les sociétés mutualistes et coopératives. En ce qui me concerne, je reconnais avoir une certaine allergie au mot « coopérative ». Sous le communisme, j’ai connu les CAP (Coopératives agricoles de production), des fermes d’Etat qui confisquait les terres et les bêtes des paysans. Et j’avoue avoir un peu de mal à comprendre ce que comprend l’ONU par l’ « 2012 : Année internationale des coopératives ». Mais tant qu’elles sont en concurrence… et ne vivent pas de subventions publiques, les libéraux n'ont rien à redire, comme le souligne Pascal Salin en conclusion de l'ouvrage.

L’ambiguïté du thème traité ne s’arrête pas là. Les sociétés mutualistes et coopératives semblent liées à l’économie « sociale et solidaire ». Là-aussi, il convient de rappeler que l’économie de marché libre est par essence « sociale et solidaire » car c’est la seule à créer des richesses. C’est la gauche qui insiste sur cette différenciation afin de mettre au pilori l’économie libérale. Dans le monde mutualiste et coopératif naviguent autant les mutuelles de santé que les syndicats. D’un côté (il s’agit du cas français), des sociétés privées qui offrent des services à leurs clients et, de l’autre, des organismes paraétatiques vivant de l’argent public. Le monde associatif est aussi divisé entre des associations fonctionnant grâce aux dons privés et des structures alimentées par la manne étatique. Economistes, juristes, philosophes, banquiers, enseignants répondent à toutes ces interrogations. Pour la curiosité et le bonheur intellectuel des lecteurs.

 

Date d'insertion: Vendredi, 27 Septembre 2013 19:03

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres