Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Le cannabis en vente libre au Colorado PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Lundi, 20 Janvier 2014 00:00

Permissivité dangereuse ou lutte contre le trafic de drogue ?

 

La vente libre du cannabis est une mesure qui va plus loin que la dépénalisation, telle qu’elle est pratiquée aux Pays Bas ou en Espagne. Non seulement la vente du cannabis ne fait encourir aucune peine, mais elle est permise au grand jour, on achète dans des magasins ou centres connus de tous et exerçant librement le commerce.

C’est cette vente libre qui vient d’être autorisée dans l’Etat du Colorado (Denver) après un référendum approuvé par environ 60% des votants. Ces Américains ignorent-ils le danger de la drogue ? Bien au contraire, c’est pour s’en prémunir qu’ils ont mis fin à la prohibition en place dans tous les autres Etats (à part celui de Washington qui a dépénalisé). Car la prohibition de la drogue est aujourd’hui un échec, comme jadis la prohibition de l’alcool : c’est une source de profits gigantesques pour les trafiquants, c’est un encouragement au prosélytisme (chaque drogué a intérêt à en droguer un autre pour payer sa propre drogue), c’est une source de corruption et de dépenses publiques considérables. L’échec se mesure au nombre de drogués, qui ne cesse d’augmenter dans le pays. Ruiner ceux qui offrent de la drogue peut donc être conçu comme la meilleure arme pour lutter contre le fléau. On se rappelle que Milton Friedman s’était fait l’avocat de la vente libre.

Il n’en demeure pas moins qu’il faut aussi regarder du côté de la demande et s’interroger sur les sources de l’addiction qui tient les jeunes en otages. Voilà pourquoi au Colorado, les droits que l’Etat prélèvera sur la vente de drogue seront affectés à des programmes d’éducation et de prévention des toxicomanies. La drogue est une fausse réponse à de vrais problèmes qui assaillent des jeunes qui ont perdu tout repaire familial, social et qui sont guettés par les comportements mimétiques.

Le Colorado veut relever un défi difficile. D’une part, la consommation de cannabis prépare souvent à la consommation de drogues plus « dures ». D’autre part, les valeurs morales et spirituelles de nature à guider les jeunes sont peu cultivées, peu pratiquées, dans des communautés où la famille et l’école n’assument plus leurs responsabilités.

 
More Articles :

» Analyse économique de la prohibition

La consommation de drogue peut-elle être freinée par la prohibition ?

» Haro sur le baudet français

La France mauvais élève de l’Europe ; la nouvelle ligne serait-elle crédible ?

» Comment l’Etat peut faire des économies

Recettes de la Cour des Comptes, mais il faut sans doute aller plus loin

» Ariel Sharon ; des « adieux contrastés »

Des victoires militaires contestées, et des échecs politiques inévitables