Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Un 1er Juillet en forme de 1er Avril PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 05 Juillet 2016 00:00

L’annonce de certaines mesures tient de la (mauvaise) plaisanterie

 

 

C’est Anne Hidalgo qui a péché le plus gros poisson, avec l’interdiction de circuler dans Paris pour les automobiles trop polluantes parce que diesel et trop vieilles. Une mesure ridicule comme la plupart des innovations écologistes : ce sont en effet les vieux ou les gens de condition modeste qui sont principalement touchés. Va-t-on leur payer des véhicules neufs ?

Une autre pochette surprise est en papier : interdiction des sacs plastiques. Mais le papier n’est-il pas obtenu grâce à la déforestation ? Les socialistes en profiteront-ils pour vider leurs sacs ?

 

La hausse des traitements des fonctionnaires est une autre plaisanterie : on sait qu’elle n’a de raison qu’électorale et politique, pour rallier les enseignants frondeurs à la candidature Hollande. La mauvaise surprise ici est pour l’ensemble des contribuables. Nous devrons payer les largesses gouvernementales.

Dernière surprise : la gratuité totale de la contraception. Cela signifie que des contribuables devront prendre en charge les coûts de cette mesure alors même que par convictions morales et religieuses ils désapprouvent la contraception. Ce sujet relève de la vie privée, la contraception est un libre choix personnel, on ne voit pas en quoi la sphère publique doit intervenir et prescrire.

 
More Articles :

» Refroidis ou réchauffés ?

Etes-vous refroidis, voire gelés, par ce printemps de neige ? Ou êtes-vous réchauffistes, persuadés que cette offensive du froid n’est qu’une conséquence du réchauffement de la planète ? Donald Trump a ironisé sur le printemps du...

» Protection de l’industrie vieillissante

Trump veut défendre la sidérurgie américaine : peine perdue, guerre perdue

» Quand l’Etat français aide l’industrie

Politique de « réindustrialisation » ou de libération ?

» Malaise au pays de l’impôt

C’est le titre d’un article paru dans le Figaro de jeudi dernier 12 octobre sous la plume de Charles Jaigu. Il est consacré au livre paru il y a un mois « Philosophie de l’impôt » (PUF) et à une interview de son auteur Philippe Nemo. Le...

» Peste verte, peste rouge

L’heure est à l’international : festival de Cannes, Roland Garros, mais aussi OTAN à Bruxelles jeudi dernier, G7 à Taormina samedi, hier Poutine à Versailles, mais encore hélas lundi dernier à Manchester.