Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Anniversaire de l’élection du Pape François PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 19 Mars 2014 00:00

Si la personnalité du Pape est bien cernée maintenant, ses positions font débat

 

L’accord est presque unanime sur la méthode du Pape. Un an après son élection, la plupart des prélats, des catholiques et des observateurs savent que le Pape est audacieux jusqu’à la provocation, ouvert jusqu’à l’extrême, déterminé jusqu’à l’obstination ; on peut ajouter habile comme un jésuite.

En revanche, ses positions font débat. Dans le domaine de l’économie et de la finance, certains comme Jean Yves Naudet le voient dans le droit fil de la doctrine sociale de l’Eglise catholique (voir son article paru dans Le Figaro de jeudi), d’autres craignent un virage à gauche. Mais François a clairement marqué ses distances avec le marxisme. Comme le dit le cardinal Vingt-Trois dans son interview à ce même Figaro, « Une Eglise pour les pauvres n’est pas un slogan de guevariste égaré ». Le Cardinal voit l’essentiel du message du Pape comme un appel à la conversion, une croisade au sein de l’Eglise, mais aussi hors du peuple catholique. Pour approcher ceux qui ne connaissent pas ou rejettent le message évangélique, il faut leur tenir un langage nouveau. Mais, pour autant, le Pape va-t-il admettre un « mariage pour tous » qui irait jusqu’aux prêtres eux-mêmes ? Accepterait-il la décomposition de la famille et l’euthanasie ? Libèrerait-il les jeunes de tout interdit sexuel ? Le Cardinal Vingt Trois n’y croit pas, le Pape souligne, dans la lignée de Jean Paul II et Benoît XVI, que toute solution passe par une conversion personnelle, un regain de spiritualité, un rejet des « slogans de la pensée dominante ». Il appelle à être soi-même.

Le Cardinal profite même de cet interview pour marquer sa distance au monde politique et au gouvernement actuel, qui politise les problèmes de société, comme pour la famille ou l’école, que le ministre de l’Education Nationale présente comme le seul lieu de liberté pour une jeunesse aujourd’hui conditionnée par les parents et les croyances. Tout en déplorant « la faiblesse d’expression de nombreux politiques, intellectuels, médecins [car] trop de ceux qui auraient dû parler se sont tus », le cardinal précise « l’objectif n’est pas un combat politique contre le gouvernement actuel, mais c’est une lutte pour un modèle de vie ».

 
More Articles :

» Libres de fêter Noël

Nous sommes libres de notre Noël. La façon dont nous le vivons est un choix personnel, un choix familial et traditionnel.

» Penelopegate : il y a bien un « coup d’Etat institutionnel »

D’éminents juristes relèvent de graves manquements à l’état de droit Les sommes perçues par la famille Fillon ont étonné voire scandalisé nombre de Français. D’autres ont réagi à l’accusation d’emplois fictifs. Mais peu de gens...

» Le 23 Avril votez Trump

Ou, si vous préférez, votez contre Trump.Sans trop le vouloir, le nouveau Président des Etats-Unis d’Amérique s’est invité dans notre campagne présidentielle. Je le constate et je trouve indécente et dramatique cette référence...

» Lire Taubira ?

Que peut-on apprendre à la lecture de son livre-éclair ?

» Défaite des pères ?

Le père a-t-il encore quelque utilité, quelque place, quelque considération dans la société postmoderne ? Est-il encore géniteur, chef de famille, patron ? On peut en douter. Est-ce un bien, est-ce un mal ? On peut en débattre.  

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres