Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Le triste sort de la loi travail PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 02 Mars 2016 00:00

Les pétitionnaires ont gagné : le gouvernement diffère la présentation du texte

 

 

La pétition contre le projet de loi El Khomri a eu son plein succès : plus de 500.000 signatures, et peut-être davantage dans les prochaines heures. Parallèlement Dominique Reynié, professeur de science politique, directeur de Fondapol, a lancé une contre-pétition signée par Pierre Gattaz en particulier, mais n’a pas eu le succès espéré.

Le gouvernement a été amené à retarder de deux semaines la présentation du texte au gouvernement, avant d’être soumis à l’Assemblée. Ce sera le 24 mars au lieu du 9. Reculade ? Pour Manuel Valls rien ne sera changé, bien qu’il annonce déjà deux modifications : révision des indemnités fixées par les prud’hommes et avantages renforcés pour le livret d’activité qui préserve les droits acquis par le personnel licencié.

En fait personne ne s’y trompe : revenir, au moins provisoirement, sur la loi travail découle de la volonté personnelle de François Hollande de conserver une majorité derrière lui. La rupture évoquée par ses « amis » socialistes, le progrès de l’idée de primaires à gauche, lui laissent penser que Valls est allé trop loin. Il l’a dit : pas d’immobilisme mais pas de remise en cause globale. Valls a fait de la surenchère en opposition avec tous les syndicats, c’était trop.

La réforme attendra, mais pendant combien de temps ? Les chômeurs aussi attendront et les entreprises dépériront. C’était pourtant une « bonne réforme » dit Macron. Notre optique est différente : est bonne une réforme globale et non une mesure isolée. Mais il n’y a pas de majorité pour cela en 2016.

 
More Articles :

» Quand une discrimination en chasse une autre

C’est aujourd’hui la journée mondiale de la femme. On dénombre actuellement 466 journées mondiales dont 119 ont été officiellement décrétées par l’ONU. En 2018, le calendrier a commencé le 1er janvier avec la journée mondiale de la...

» Cheminots et paysans : quelle réforme ?

On ne parle plus ces jours-ci que de la SNCF et du Salon de l’Agriculture. Il y a deux points communs à ces sujets : d’une part, cheminots et paysans sont en colère ; d’autre part, il est évident qu’il y a urgence et risque de...

» En marche sans bouger

Je suppose que vous avez réagi à l’annonce, vendredi dernier, de l’arrêt de la Cour de Cassation précisant que le conducteur d’un véhicule à l’arrêt, moteur arrêté, pouvait être poursuivi et condamné pour tenir son téléphone...

» 2018 : une obscure clarté

L’étoile des Rois Mages a fait toute la lumière sur l’histoire de l’humanité, elle a indiqué pour les siècles des siècles la voie de l’espoir, de la vérité et de la vie. Aurons-nous une Epiphanie au cours de cette année 2018 ?...

» Ce budget n’est ni réformateur ni libéral

Où est la réforme budgétaire promise et magnifiée aujourd’hui par les nouveaux dirigeants ?  Les dépenses n’ont pas diminué, les impôts n’ont pas vraiment baisse, et quantité d’innovations sont utopiques ou arbitraires. Un budget...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres