Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

L’échange base de la richesse des nations

C’est le message essentiel de celui qui est considéré (avec Turgot) comme le père de la science économique.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Revue des livres

Retour à la racine > Année 2010

Après la crise, une nouvelle ère du libéralisme ?
Le dernier numéro de la revue Sociétal (1er trimestre 2010, N°67) ne revient pas seulement sur les vraies causes de la crise. Les auteurs écrivent clairement que la seule voie de sortie est le libéralisme.
PDF Imprimer
Couverture du livre Après la crise, une nouvelle ère du libéralisme ?
Catégorie: Année 2010
Année: 2010
Visites: 7383
Avis des utilisateurs:  / 0
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

Le ton est donné dès l’éditorial signé par Jean-Marc Daniel qui s’en prend aux « alchimistes » des banques centrales. Entretenir artificiellement à un niveau les taux d’intérêt et lancer des politiques économiques à court terme n’auraient pu déboucher que sur une crise. Dans un autre article, Mathilde Lemoine met en cause les politiques de relance sectorielles qui risquent de peser négativement sur la croissance dans les années à venir. Le même Jean-Marc Daniel qui est aussi le Directeur de la rédaction se dit convaincu que l’ère d’après la crise sera celle du recul de l’Etat et des politiques interventionnistes. Il est vrai que la France n’en prend pas le chemin mais, l’auteur le rappelle pertinemment, les pays pas ou peu touchés par la crise ont été aussi ceux qui avaient le plus réformé l’Etat ces dernières années : le Canada, la Pologne, la Suède, la Corée, le Chili, etc… Plus intéressant encore, l’Amérique se sortira plus vite de la crise grâce à la flexibilité de son marché du travail qui a débouché d’abord sur une explosion du chômage et ensuite sur la reconstitution de la capacité d’autofinancement des entreprises.

Dans un article intitulé « Un autre regard sur la pensée économique, le consultant Gérard Dréan fait un peu d’ordre dans l’histoire de la pensée économique libérale en soulignant l’attachement à l’individu chez les libéraux. Ce sont bien les libéraux qui ont clairement dit pour la première fois que la richesse d’un pays ne se résume pas à celle du prince mais est constituée par le bien-être des habitants. L’auteur suggère avec intelligence qu’il serait bien utile de relire les économistes autrichiens… L’universitaire Thierry Fouccart dénonce les méfaits de l’Etat providence et du discours égalitariste. Le pouvoir administratif a introduit un classement factice des hommes en société en déconsidérant les meilleurs tout en faisant croire aux plus faibles qu’ils avaient tous les droits. « L’effroi égalitaire » prive l’individu de sa liberté et retarde le développement économique de la société. L’avocat Michel Guénaire rappelle le rôle de la morale dans le cadre du libéralisme. « Ceux qui ont raillé les fondements moraux du libéralisme quand la crise financière a éclaté ont commis une erreur sur le plan historique », écrit l’auteur avec justesse. Le libéralisme est moral ne serait-ce que pas sa défense de la liberté de l’individu et sa lutte contre le pouvoir autoritaire.

Dans un long article intitulé « Où sont passés les libéraux ? », Marc Crapez revient sur les réactions des libéraux aux débuts de la crise. On peut lui reprocher de ne pas mentionner les travaux de  l’ALEPS et de l’IREF, le Bulletin et La Nouvelle Lettre, et de faire allusion seulement à « l’ultralibéral » Mathieu Laine. Par contre, on est d’accord avec lui lorsqu’il souligne le silence embarrassé sur les vraies causes de la crise d’un Jacques Marseille ou bien les errements idéologiques d’un Nicolas Baverez. Cela mérite quelques précisions. Ces deux noms ont été désignés par les médias comme les représentants du courant libéral en France et ont donc été invités à la plupart des débats audiovisuels sur la crise. Jacques Marseille a choisi dès le début la position de l’historien en insistant sur le fait que la crise actuelle n’a strictement rien à voir avec celle de 1929 et je pense qu’il a réussi connaissant très bien le sujet. En revanche, Baverez  a été le plus décevant et il a fait, indirectement, beaucoup de mal aux libéraux. Pour la simple raison qu’il ne comprenait pas ce qu’il se passait. D’où ses positions en faveur de l’intervention de l’Etat et les plans de relance…

Mais peut-être la contribution la plus intéressante de ce dossier est celle de l’économiste hongrois Janos Kornai. Son article intitulé « Ne pas se tromper sur Marx » est une critique argumentée, drôle et intelligent de la pensée marxiste. D’autant plus que l’auteur a bien été admirateur de l’auteur du Capital. La doctrine marxiste a eu beaucoup de succès pour de nombreuses raisons. Parmi celles-ci figure en bonne place le fait qu’elle a le pouvoir de doter son adepte d’une clé lui ouvrant toutes les portes. Comment croire à cette doctrine sans être aveugle ? « Si la thèse de la paupérisation du prolétariat était vraie, écrit Kornai, la colère de millions d’hommes aurait déjà balayé le capitalisme ». C’est tout à fait juste ! Comme le fait que la théorie marxiste a préparé le terrain à la société totalitaire communiste du XXème siècle.

On n’est pas d’accord avec tout ce qui est écrit mais ce dernier numéro de la revue « Sociétal » remet bien les pendules à l’heure.

Date d'insertion: Vendredi, 05 Février 2010 22:57

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres