Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Erreur
  • JDispatcher::register: Event handler not recognized.
Revue des livres

Retour à la racine > Année 2007

Catégorie Année 2007
Couverture du livre Spéciale dernière. Qui veut la mort de la presse quotidienne française ? Spéciale dernière. Qui veut la mort de la presse quotidienne française ?

Journaliste économique et politique, Emmanuel Schwartzenberg est un très bon connaisseur des médias. Son livre est un essai courageux sur les vraies maladies de la presse écrite en France.

par Emmanuel Schwartzenberg


Avis des utilisateurs: / 0

Visites: 4425

Couverture du livre Syndicats, grands-discours et petites combines Syndicats, grands-discours et petites combines

On se souvient tous du célèbre livre de Jean Montaldo, La maffia des syndicats (Albin Michel, 1981). Le journaliste Erwan Seznec revient, dans un livre-enquête sur cette face cachée des syndicats se comportant comme des mafieux.

par Erwan Seznec


Avis des utilisateurs: / 0

Visites: 4253

Couverture du livre The Improving State of the World. Why we’re living longer, healthier, more comfortable lives on a cleaner planet The Improving State of the World. Why we’re living longer, healthier, more comfortable lives on a cleaner planet

C'est un livre de référence pour toute une génération qui pense que tout va mal et que l’Etat (et les fonctionnaires) devrait nous prendre en charge.

par Indur Goklany


Avis des utilisateurs: / 0

Visites: 4245

Couverture du livre Un évolutionniste contre l’étatisme Un évolutionniste contre l’étatisme

Voici la parution du premier ouvrage de la collection « Penseurs de la liberté » (Les Belles Lettres) dirigée par Alain Laurent consacré au philosophe Herbert Spencer. Cet essai écrit par Yvan Blot répare une injustice.

par Yvan Blot


Avis des utilisateurs: / 0

Visites: 4598

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres