Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
Qu'est-ce que le socialisme ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mercredi, 30 Mai 2012 09:09

  • 25 Janvier 2013

    Connaissance du socialisme

    Nous voici parvenus à la fin de cette série d’articles que j’ai consacrée à la connaissance du socialisme. Evidemment il suffit de se reporter à l’actualité pour voir les dégâts que le socialisme est capable de faire dans une société et dans une économie. Mais il en est ainsi à cause des racines profondes de la philosophie socialiste, et non par hasard ou parce que l’on est en… Suite...
    Jacques Garello
  • 18 Janvier 2013

    Le socialisme dépourvu de toute valeur éthique

      La justice, l’égalité, le progrès, la paix, etc. Les socialistes ne perdent pas une occasion de justifier leur projet de société en se référant à des valeurs a priori hautement dignes de respect, de nature à émouvoir les cœurs et à stimuler les esprits. Quelles belles choses, par exemple, que la justice, l’égalité, le progrès, la paix : qui ne s’en déclarerait pas partisan ?… Suite...
    Jacques Garello
  • 11 Janvier 2013

    Le socialisme a besoin de créer l'homme nouveau

      L’anthropologie socialiste  Comment les socialistes voient-ils l’être humain ? On ne peut trouver de meilleure réponse que celle de Rousseau : dans un état de nature l’homme est bon, c’est la vie en société qui le rend mauvais. Il y a donc un mélange de naïveté et de cynisme. D’un côté le rêve d’une humanité originelle, où les passions et les intérêts s’harmoniseraient, où… Suite...
    Jacques Garello
  • 21 Décembre 2012

    Le pouvoir de monopole

      Les socialistes ont convaincu l’opinion publique que le capitalisme devait nécessairement évoluer vers des entreprises de plus en plus concentrées. Les grandes sociétés feront disparaître les PME, les artisans, les paysans. Deux raisons à cette inéluctable évolution : la recherche du profit, le profit de monopole. Le profit est une rente servie aux propriétaires : maîtres du… Suite...
    Jacques Garello
  • 14 Décembre 2012

    Le législateur au service de la société parfaite

      L’idée est de Rousseau. Quand il s’agit de faire le bonheur des hommes, les élus du peuple, détenteurs de la souveraineté nationale, ont tout pouvoir de fixer les règles du jeu social. La loi est l’instrument de la transformation de la société parce qu’elle va bâtir l’homme nouveau : « Celui qui ose entreprendre d’instituer un peuple doit se sentir en état de changer, pour… Suite...
    Jacques Garello
  • 07 Décembre 2012

    Egalité des droits ou égalité des situations ?

      Tandis que le libéralisme prône l’état de droit, aucun homme ne pouvant ni se mettre hors la loi ni prétendre faire la loi, le socialisme propose la « société des égaux », celle où il n’y a plus aucune différence entre hommes, tous ayant la même destinée et la même situation. Il ne saurait en être autrement ; d’une part, tous sont soumis à un pouvoir politique central et… Suite...
    Jacques Garello
  • 29 Novembre 2012

    Parfaire la société parfaite

      Nantis d’un plan rationnel de la société parfaite à construire, les socialistes n’ont de cesse que de l’imposer. La construction ne souffre ni contestation ni retard. Ceux qui se mettront en travers du sens de l’histoire éclairée par la science seront par définition des ennemis du progrès et du bonheur de l’humanité. Ces réactionnaires méritent d’être neutralisés, et… Suite...
    Jacques Garello
  • 22 Novembre 2012

    La négation de la propriété privée

        On dit en général que le socialisme est la doctrine de la propriété collective des moyens de production. C’est l’approche classique, héritée des œuvres de Marx. Emerveillé par les perspectives de développement et de richesse ouvertes par la révolution industrielle et le machinisme, l’économiste en déduisait que ceux qui réussissaient à s’emparer du capital s’attribuaient… Suite...
    Jacques Garello
  • 15 Novembre 2012

    Le constructivisme

        Le constructivisme: une présomption fatale   Nul n’est allé plus loin dans l’analyse du socialisme que Ludwig von Mises (Le Socialisme, traduit en français et publié en 1938). Il présente ainsi l’essence du socialisme : la construction d’une société parfaite à travers une organisation collective. Tous les mots ont ici leur importance. Les socialistes s’intéressent à la… Suite...
    Jacques Garello

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...